SOLO_URIENTI__ET_COMBO_SE__NE_

Solo Marin

 

 

 

Comme l'horizon empyrée
par les limbes bleutées  du mystère     mille fois haubanées
à demeure     ici-bas   à  la fois  sacré et  palpable
Sois            et         participe
de  l'absoluité qui     sied aux  azurs 
Sitôt affranchi    gagne l'étant apparaissant 
et ces infinis irrationnels 
que le penser       intuitif
humblement caresse avec force dérades 

Tu y abandonnes
à la dérive
le fardeau de durer
dont les maux      abjectes
d'un corps serve
et finissant
de folle raison     exacerbé
naufragent et s'abîment
en passant

Parles-nous     encore
depuis l'alme souvenance
des îles    de ces lices aux contours
qu'Océan anime
Évoques-en la migration essentielle
que parachève       solitaire   une légende personnelle
dont l'on devine    en filigrane
le royaume des alliances  
intouchées  un exil qui se mérite

Une aile virevolte et danse
donne l'amble au vol blanc
d'une présence
qui palpite et qui épouse le temps
avec une grâce angélique
A l'essaim évanescent des îles
une aile à l'embrun se lie
en tissant l'arcature irisée
de la délivrance        Ainsi des rets  du soleil       au Levant 

Le silence lui est lumières et voie 
Les vents      en son nom  hèlent l'autre rive
Dans leur superbe    les vagues
l'absentent des terres    en louant  l'éloge de la solitude 
où renaît      plus radieuse    une  montagne dans la mer
Ainsi se cachent pour mourir 
les élans hauturiers
l'oiseau marin
Puffins atterrés

!

- MARIN - 

Pensées en Mer / En cours d'Ecriture