GILETS_JAUNES_BLOCAGE_DEPOT_

 

LES RAPPORTS DE FORCE ENGAGES   AU SENS LITTÉRAL

SIGNENT  L'AVEU  D'ECHEC    D'UNE POLITIQUE SOCIALE

EXPLOSIVE  ET SUICIDAIRE

 

L'état argue du fait que le mouvement des GILETS JAUNES n'est pas organisé, qu'il impose une situation complexe de relations qui ne favorisent pas le dialogue ; la belle affaire ! Opportuniste, il provoque l'enlisement, affrontera le chaos à grands coups de matraques.

Quant à la presse, elle ne pourra que relayer le propos intransigeant et frontal d'un état policier passant en force ces décisions à l'Assemblée. A ce titre, les députés en marche ne se montrent pas dans les rues  comme ils le faisaient, avant les élections : la messe est dite !

Ils ne marchent plus mais s'assoient désormais sur le Peuple de France. L'état se contente de compter les coups, les points, il minimise sans aucune empathie, de loin et depuis l'étranger, il ignore, morts ou 500 blessés : C'est détestable 

!

L'état manie l'esquive, intronise le mépris, l'arrogance, sachant très bien que la contestation et la colère  englobent un contexte social délétère, en grande souffrance,  pour des millions de citoyens, de nombreuses catégories socio-professionnelles, des retraités, les minima sociaux, les emplois précaires,  etc ... La situation empire quand le Candidat  Macron promettait de s'occuper de la France  qui peine !

L'usage de la force est absolument inadmissible ! Aucun " ambassadeur " gouvernemental ne se déplace pour prendre le pouls des revendications,  initier un échange de points de vues, entrevoir pacifiquement l'issue du mouvement et, les doléances du peuple... Dialogue de sourd et  bruit des bottes.

C'est le silence  et la fin de non-recevoir qui s'imposent et dénotent gravement face à la colère et à la légitimité d'un tel mouvement lancé  à l'échelle de la nation tout entière.

L'état eût certainement préféré les collusions syndicales, la structure qui rentre dans le rang, parfaitement déguisée et non crédible, qu'il manie et  tord à sa guise, qui fait sa notoriété.

L'emploi de la Force est une fin, une issue indigne d'un état démocratique, en surcroît, lorsqu'il est à déplorer  des morts, des centaines de blessés, dont certains très grièvement ! La honte ...

...

LES RAISINS DE LA COLÈRE    //   LES RAISONS DE LA COLÈRE ...

 

Que disent les forces de l'ordre et leur chef qui manient si facilement  la castagne  lorsqu'un poids lourd bélier roule sur un manifestant, lorsqu'une voiture bélier force un barrage et  fauche et  tue une personne, la renverse et la blesse grièvement ? Sont-ce  là  les réponses d'un état de  droit ?  C'est abjecte ! Il témoigne  alors de sa détermination à créer le chaos entre les parties...

Ce mouvement virera à la révolte générale si l'état poursuit dans son attitude mutique et méprisante. La vie des  français est en jeu. Avec  elle, le devenir  de millions d'enfants dont les parents souffrent pour joindre les deux bouts, semble durement impacté ! Une vie de galères et de privations permanentes,  lancinantes,  allant au diapason d'une injustice notoire qui ménage ostensiblement   les  grandes compagnies aériennes, les ports, la marine marchande et de guerre, les entreprises nationalisées, les grands trusts et bien entendu, les puissants Lobbies, le grand patronat, les grands banquiers d'affaires, les spéculateurs, les argentiers de l'état, etc ! ...

Deux poids et deux mesures favorisant les pourvoyeurs de la richesse et affamant le peuple des esclaves, - payés un Smic devenu  miteux, surtaxé -,  parce qu'ils sont les plus nombreux. Question d'arithmétique ! 

La situation devient explosive, elle touchera les DOM-TOM, les catégories socio-professionnelles  plus fragilisées mais également les classes moyennes et, nous l'affirmons encore une fois,  les hausses sur les carburants constituent  la goutte qui aura fait débordé le vase.

Alors oui, ce gouvernement  laissera  le mouvement  sur la route, misera encore  sur la division afin de mieux régner de façon intransigeante et opportuniste ! 

Ils vont frapper plus fort et provoquer le conflit, renvoyer les responsabilités, se défausser et jouer les donneurs de leçons zélés... Ils afficheront haut et fort la victoire de la matraque et des gaz sur la négociation, n'hésiteront pas à asphyxier encore plus fort les ressources des manifestants, remuant ainsi le poignard dans les plaies de la précarité, du chantage à l'emploi, de la crainte de suites judiciaires.

 

TENSIONS ET DÉGÂTS COLLATÉRAUX 

 

Pendant ce temps, le pays va mal, le pays souffre, le pays pollue deux fois plus en laissant brûler des milliers de pneus dans l'atmosphère. Des millions de litres de carburants s'échappent en fumées et particules depuis les embouteillages et lors des opérations escargot interminables.

Pendant ce temps, le trafic aérien promet de doubler d'ici 2030 sa flotte d'avions volant au Kérosène ??? 

Des millions de gens fument et boivent :  l'état se gave de taxes sur la maladie inévitable, en augmentant  les prélèvements santé de la masse, sans aucun discernement, il compte sur le nombre ! Pour lui, l'rgent n'a pas d'odeur, d'où qu'il vienne, il est bon à prendre ! 

L'état multiplie les radars plus vite qu'il ne règle les vrais problèmes du trafic ... Il se moque de laisser polluer des vallées  alpines et pyrénéennes par les camions, mauvais élève européen du Ferroutage ! 

Enfin, le pays ne consommes plus assez, dès le 15 du mois, le secteur commercial rend compte d'une baisse notoire des achats, de la vente, des bénéfices. Effets pervers d'un régime de taxes jamais atteint ! 

Ce sont - là quelques exemples et paradoxes

 

AVENIR  ET PLANIFICATION 

 

L'Etat reprend  d'une main ce qu'il aura feint d'accorder de l'autre  ! L'avenir est sombre pour les classes moyennes et les plus défavorisés, les laissés pour compte de la Nation alors qu'ils oeuvrent et font  les richesses du pays.

 

LE PRÉLÈVEMENT A LA SOURCE 

 

Cette échéance sera très mal vécue, lorsque les bas salaires et revenus moyens se verront grevés d'une perte de pouvoir d'achat imposée et pérenne, même si celle-ci constitue un dû sociétal ...

Les hausses des prix des carburants et des autres sources  énergies  fossiles feront très mal au mois de janvier, connaissant à l'avance les marges programmées de l'état ! 

La réforme des retraites  par points semble de nature à fragiliser grandement le pouvoir d'achat des futurs retraités, outre les obligations planifiées de temps contraint et supplémentaire ... Le travailleur ne vit plus : il s'exécute, trime, reverse le tribut de sa sueur, se trouve lourdement taxé, culpabilisé de polluer.

§

UN AUTRE GILET JAUNE  EN DIRECT  DU FRONT