mila_bordin2_001

Graphisme / Mila BORDIN  ! Ce  visage est singulièrement  habité, Mila BORDIN ...

" ...  Mais la Destinée, on la voit venir...  Il suffit de faire en soi le silence intérieur, et de laisser libre cette force que les savants appellent le moi subliminal, cet être à la surface duquel nous vivons et qui est plus nous que nous-mêmes ..."

BOURGET 

 Némésis - 1918 /  Page  119

 

 

 

 

MILA 

 

On a si souvent loué et  sollicité les vertus cathartiques du dessin, de l'expression picturale et  des arts, dans leur vaste ensemble.

Que l'en-soi, ce moi subliminal  soit à jamais transcrit à travers l'esquisse d'un dessein autre, d'un au-delà qui sublime la vie et qui  rayonne !

L'univers des mots que l'on dé-pense, pensées  transgressées, transes-lucides dont l'âme, du bout des doigts, conduit l'extra-vagance et  porte  à la dénégation.

La raison ne doute plus, s'efface sans le moindre heurt, en silence, qui voit naître l'envers et les horizons de la psyché,  comme l'on verrait,  un soir,  la lune se lever et nous présenter sitôt sa face cachée  et ses mystères, poésie révélée d'entre les songes  et les fascinations de l'enfance ...!

Puissé-je  dire,- aux risques de me tromper et de faire fausse route en effleurant avec des phrases -,  le sens probable ou tangible de cette étonnante  gravure !

Le feu et la flamme sacrés dont s'ablue le visage en méditation. Présence, âme  dont les sens  purifiés tendraient vers l'essence et le recueillement.

Le cours de la vie que le destin traverse, inexorablement. Tant de choses suggérées en cette épée, paréidolie de la croix, d'où la vie et la mort conjointement, marquent   à la fois le versant tragique de l'existence et la spiritualité à toujours pacifique que la lumière intense encense et réfugie.

Le coup  de crayon se fait précis, si léger, atmosphérique mais demeure,  incisif et déterminé !  La symbolique ne connaît aucune limite et s'affirme, oscille entre les pôles de la lumière orangée et le gris en camaïeux. Rien ne brûle, les traits s'affinent et les cheveux discrètement  sèment comme un doute, l'attente, l'indéfinissable que l'on semble taire en ne les laissant point dominer le réel...

Totale fusion, le feu mystique épouse ce visage qui trouve la sérénité, la purification des sens s'abreuvant aux racines du ciel ;

l'ovale ceint d'un rameau verdoyant :  vagues  guises de lointains vitaux et de jeunesse. Le glaive est là, tellement présent, lancinant, destine, absente.

Il se brise, à l'épreuve de ce qui  nous vient d'en-Haut, de l'Esprit, les yeux tendrement fermés de la sérénité retrouvée ; message !

 Il s'élève comme un plain-chant d'amour à l'épreuve du temps. Cette flamme ne saurait mourir, ma Petite Fille ; elle est île au coeur d'un Océan, de l'imaginaire fécond et de la pensée, tel un fragment célèbre  dont B. Pascal nourrissait si profondément  le secret.

Je t'envoie ce texte ma Petite Fille, afin que nous nous rejoignons ! La Gravure vient de toi et les mots qu'ils auront fait naître telle la flamme céleste au matin des magiciens viennent de ton Nono.

Je fais une commande, Mila : je voudrai que tu m'envoies une composition autour des thèmes de l'Océan, de la Liberté, de l'Eternité ...! Je sais, c'est complexe, mais tu prendras le temps, tu laisseras mûrir l'imaginaire à la lueur d'une bougie, une bougie veillant le socle de Citadelle des hommes de bonne volonté

Merci ma Mila / Ton Nono