PLEINE__LUNE_

 

Derrière la montagne dans la mer, la pleine-Lune se leva, ocre, opalescente. Le soleil salua bien bas le jour puis disparut eau-delà de l'horizon en fusionnant l'eau et le feu du Ciel. Max fendit le flot, vers l'autre rive. Il vécut, un instant, le passage du témoin lumineux  

 ! 

 

 

Me dira-t-il            assez
quand et     surtout         comment
Serait-ce     peut-être      dans le mutisme
le nonchaloir de lointaines pantomimes
qui s'essoufflent et qui vacillent
dans l'échevau des vagues
labyrinthiques

Il suffit         Je ne te suis plus
Lâche la bride     choque l'écoute      Vois
le duo que nous partageons accomplir  sa destinée
enfin   fusionner
Qu'il s'élève        à l'unisson du chant
bleu-de-ciel que je t'offris       un jour
en guise d'éternité
par la voie du silence 

Fulgurance de la lumière
que l'évasion      la solitude
tel un autre Choeur  invitent
là où il fait   déjà   si froid
dans le regard abyssal d'une lame
partie  à la dérive de l'hiver
et des vents stellaires

Saches que je ne t'emporterai jamais  plus
sous le vent des îles spleenétiques
éployant dans notre souvenance
ces  voiles d'embruns paréidoliques 
qui font les vagues ressembler
aux nues mélancoliques    à l'Unique 
Mais je te promets l'encens éthéré
ces notes de parfums mélodieux
revenues du fond des âges et qui enivrent

                        avant le partir 

!

 

- MARIN  - 

Le Bout De La Route 

 

A_LA_VESPREE_