DSCN0482__1_


« Celui qui scrute le fond de l’abysse, l’abysse le scrute à son tour »

Friedrich NIETZSCHE


Tu auras vu et croisé
tout au long d'une courte vie
autour des mondes en sursis 
tant d'âmes    de vivants
en multitudes
d'étoiles étiolées

Mais
aucun regard
aucun visage
ne sut habiter en toi
le moment présent
durablement  revêtir l'ombre d'un souvenir      au passage 

Combien seront déjà partis
t'auront sitôt quitté
uniques     légendes      humbles
et tourmentés à la fois
de toi  autant ignorés et     pourtant
si proches      par le dessein de vie
dignement     mortels 

De ce perpétuel charroi
de toutes ces histoires      sans fin
tu émerges
issu de la foultitude  
parvenu au bout de la route
inexorablement     naufragé
quelque part  il y a mille an 

Ainsi la destinée s'inscrit
dans cette mémoire virtuelle
dont le prisme artificiel
semble outrepasser la tombe
défier l'absence     se moquer
de la grande solitude des aînés et  des anciens 

Ainsi de l'existence
vouée à te chercher
de ses possibles révélés
ailant le mot    le penser sain 
au diapason de la chute
d'un étant rendu
à la poussière       infinitésimal   

Que j'emporte
et tienne  bon le  cap
vers de célestiels abysses
Étrange point de rencontre
que le visage insondable
d'une probable idylle
Refuge d'un temps
au-delà du temps    ailleurs
hier ou demain      qu'importe
comme une hypothèse
fulgurant la mort

Tu es sur la voie
depuis  la terre
entre mer et ciel
obstinément
Et  dans l'attente révérée
qu'ils te rapprochent  enfin
de l'un-connue
que vous fûtes  déjà

 

- MARIN -

Le Bout de la Route 

!