!

 

Que nous réserve 2019, la fin de la décennie, la troisième  du  nouveau Millénaire

Entre les situations durables et anormales  de blocages Météorologiques qui s'avèrent  de plus en plus fréquents, aux causes douteuses et,  les terribles catastrophes naturelles d'origine anthropique, 

Au regard des Extrêmes Climatiques Paradoxaux et totalement anachroniques  que nous rencontrons tout autour du Monde, 

Compte tenu des ravages  que la Civilisation fait perser sur l'ensemble de la biodiversité terrestre et marine, 

Alors que la condition animale dans le monde atteint les sommets de l'horreur  et des atrocités,  via l'acte pathlogique délibéré  ou le  commerce de la viande dans sa globalité, 

Alors que l'inertie technologique est bien en marche, que les indicateurs de la croissance mondiale obligent et  confinent à la fuite en avant suicidaire de la Civilisation par sur-exploitation des ressources, sur-production et sur-consommation effrénée, à la dette écologique tous les jours davantage  acuitisée, exacerbée, 

Malgré les initiatives  heureuses et souveraines que les impératifs de la Transition suscitent hors des mondes intransigeants et impitoyables  des politiques et des affairistes

Malgré les gardes-fous que sont les ONG mondiales, régionales et nationales, dans tous les domaines, à tous les niveaux de l'organisation des hommes et  de l'existence, répondant ainsi à l'incurie et à  l'incompétence notoires et perdurables  des politiques  aux affaires des états,

Face à l'intransigeance et à  la rigueur implacable et formatée  de la possession, de la dominance et du chiffre d'affaire envers les esclaves des temps modernes

 

Nous courons à notre perte, au déclin, à la destruction massive de nos éco-systèmes tutélaires et pourvoyeurs de vie, de diversité, de saine pérennité.

L'avenir est sombre, l'horizon désormais  enténébré, les clartés de la mer et des océans  ne témoignent guère de leur fécondité passée et de leur capacité à purifier l'air, à générer assez de ressources  pour nourrir la planète.

Écouter les beaux  discours, la rhétorique réglée  au plus haut niveau, " Parole - Paroles ", laissez-vous bernez par l'exorde officielle con-forme, le ton con-sterné, la mine grave, la larme à l'oeil.

L'inquiétude  écologique n'est qu'une vue de l'esprit des affaires gérée par la haute  finance et les banques qui n'auront jamais été aussi riches et puissantes

!