PHIKARIA_SPOT_DE_GROS_QUI_EVOLUE_VERS_L_EXTREME

 

Une question que se posent désormais les adeptes de la Glisse tractée, - sans  adjonction de moteur ou de tout autres procédés électro-mécaniques, SVP ! -

Tout autour  des Mondes, vers les destinations et les  raids aventures extrêmes les plus prisés, il n'est plus du tout sûr que les Spots actuels de la Planète offrent toujours les mêmes potentiels vagues  que nous aurions  connus par le passé.

La donne climatique dans son ensemble, le contexte environnemental, géo-physique, l'élévation progressif et accéléré du niveau des  mers et des océans  constituent désormais les paramètres et les facteurs inévitables de la rapide métamorphose des Spots et Sites de pratiques extrêmes.

Il en est de même pour ce qui concerne tous les milieux naturels spécifiques et les grands esapces : montagnes, déserts, forêts, fleuves, mers inétrieures, etc ! ... L'impact est total, les répercussions  se révèlent irréverssibles, quoi que nous entreprenions, l'inertie est trop forte et nous pousse à embrayer le funeste pas des conneries de nos politiques  jusqu'à la fin de ce siècle et  encore, sous réserve d'aggravations patentes et inévitables.

Vous nous direz que c'est là  un des  aspects bien dérisoire de l'évolution catastrophique  de la civilisation, que le monde livre en spectacles. Faits terrifiants, horribles, affligeants, inimaginables quant au sort et à la destinée de la condition humaine et animale, mais le constat nous conduit à nous interroger  tout de même sur les conditions de ces changements, à mettre sur la table tous les effets  susceptibles d'impacter le milieu naturel marin ou lacustre, fluvial, montagneux, etc ...

 

Actons,  au gré de la réflexion et de la prospective,   les secteurs potentiellement menacés de changements, relativement à l'univers des vagues,  à l'évolution  inquiètante  des tempêtes, à l'érosion marine et du domaine maritime, à  l'exposition aux sur-cotes de marées et aux vagues de submersion, à la nature même des vagues  et de la houle qui, sur un même site, pourraient devenir plus dangereuses, massives, hautes, rapides, exposant  dans un premier temps les pratiques et, au-delà; le  littoral, les activités qui s'y seront développées, ( tourisme, infrastructures, équipements, structures d'accueil, etc ... ! ).

Nous pourrions assister à la quasi disparition de nombreux sites prestigieux mais également à  la dangerosité de  leur  nouveau potentiel sur-exposant tout  le domaine des pratiques  et d'exploitations.

D'autres sites, cependant, surgirons ailleurs, sans que l'on  sache vrainement où ; des études et des prospections s'imposeront à très court terme et il importe de s'y intéresser  dès maintenant et  de très prés.

Enfin, souhaitons que les politiques et les géographes - géologues - hydrologues - paysagistes saisiront la puissance publique afin qu'aucune structure et édifice artificiels ne viennent contrecarrer la lente métamoprphose des traits de côtes et des rivages, bien au contraire, afin que tout soit mis en oeuvre en  vue d'une autre recomposition naturelle, adaptée, durable, renforcée par tous les procédés dits authentiques et viables

!