MARIN_WINDSURFER_

 

LE MATOS EST D'ORIGINE  !

Une bonne Deush, ( 1960 - Essuie-glaces à main et compteur latéral ),  le portait sur galerie, ; la Deush qui déviait de sa route, les jours de fort Mistral, sur la nationale, en regagnant Les Lecques. L'auto-radio crachait de maigres décibels, c'était  " The Sound Of Silence  ", les Beatles, les Stones, les  Doors et Breack On Through To The Other Side, The Dark Side Of The Moon  ... Années 70 !

Oui, rien ne revient, tout s'étiole  et fuse à travers  la Voix Lactée ...

Nous découvrions  en fusant sans bruit  sur la mer ces filigranes de soie bleue, instantanés ouatinés, divinement galbés, emportés par les vents d'une Île féerique.

Nous étions  vaisseau, voilier, hauban, safran, mâture, tout à la fois, ivres d'horizons

 

 

Revenons un peu en 1976 ! Erreur sur le cliché,  nous ne sommes pas en 1977 mais bien en 1976 !...

Le Rider qui évolue  sur Windsurfer Strapless, Wishbone et embase Full TECK, sans harnais, au planning, venait de traverser le Valincu, rentrait de Capu Laurosu vers Marinca / I Scodi Neri, de l'autre côté du vaste Golfe.

2 - 3, voire plus,  4 heures de navigation sans qu'il eût été besoin d'inventer le harnais !  Les prothèses bracchiales naturelles, motivées et rompues à l'effort de longue durée,  suffisaient amplement. La brassière  de dériveur tout de même, au cas où, lors d'une traversée aussi courte qu'aléatoire ! 

Ô jeunesse, que ne nous laissais-tu jamais  sans  de saines  sources d'énergies, sans alcool ni autres nuages blancs que ceux des vagues, de l'embrun et des nuages prémonitoires volant  dans un ciel lavé,  alors et encore préservés !...

Une 5.10 M2 en guise de voile monotype que l'on sortait par tous les temps, de la bonne brise au grand frais, avant d'enfiler la fameuse voile - tempête " Chaussade " , - 3.5 M2 et sa si  longue chaussette - qui se montait sans que l'on eût besoin de changer de Wishbone ! L'espar en Teck subvenant aux deux surfaces ...

Un noeud de Boa sur le mât,  - deux demi clés  et,  un tour mort entre,   suffisait  pour étreindre le mât orange et bleu  du quiver  MONOTYPE de l'époque, WINDSURFER,  le gréement de Hoyle SCHWEITZER  !

C'était les années folles, du Wind plein les bras et de l'azur ultramarin à Go-Go...56 !

42 ans nous séparent de ces rivages, là où nous allions plus vite que la lumière et la raison, comme dans un rêve à ciels ouverts descendre de si grosses vagues vers TAVARIA  / PORTIGLIOLU .

- MARIN

A la Recherche du Temps Perdu

 

Aujourd'hui, les Waveriders déchirent la lèvre de Peahi, de Nazaré, de Mavericks et la Musique continue de donner, aussi bonne et aussi lointaine, en avance sur le temps de la survivance

...

ALOHA SOUL - RIDERS 

Il n'est qu'un credo qui vaille et qui soit solennellement  unifié 

Amour - Liberté - Respect de la Vie

N'oublions jamais que nous sommes de passage, ici-bas ! Alors, 

Paix en Esprit