A_BORD_DE_LA_FOLIE_URIENTI_

 

 

Que n'aurais-je pas été 
encore        plus souvent
réfugié    à bord de la folie      témoin 
de cet univers    sans autre foi ni loi
que l'intuition   la clairvoyance
où le tout vire aux métamorphoses du néant
gravite en silence    seul et si distant
des choses  dévoyées

Redécouvrant  le sens des mots
ceux qui pansent les maux
de l'être à naître et à mourir     ailleurs
Écrins bleutés    émaux
moires turquines et satinées        Quels émois    dis-moi 
Guises inespérées  de  soins perdurables
quand  l'âme implore
l'intime  Azur
au bord du chasme

Que je lui doive les pensées d'un long décours 
comme on jette à la mer     le  dernier  message
une fleur cosmique  pour celui qui était déjà parti
sans aucun espoir de retoucher  terre
Inextinguible  pan de mémoire
bercé sans fin         allant insignifiant 
migrer  en mer au mépris de la vie 

La folie      l'auriez-vous cernée
ces vents et ces vagues déraisonnés
qui se cachent et s'évadent     convolent  en paix
distançant  l'Un - Conscient  du tumulte de la rue
des cloaques  aux artifices tonitruants 
dont l'air et l'époque font si mal aux mondes vrais 

La folie 
confins du rêve       sublime évanescent  
tel le ressac obstiné
se lance contre les brisants et fulgure  
le regard qui se fige
au plus haut des blanches falaises
Vertiges au seuil de la rupture     de la matière
La folie  comme un au-delà   lointainement     naufrage irrévocable de l'éphémère

je vous dirai un jour  le conte de la  folie
le solde que l'absence et le manque abandonnent à la vérité  
le lien coupé  que l'on croyait   à jamais infrangible
et que l'on revêt des vagues atours
des grands espaces    dans les froidures diaphanes 
les instantanés de nos ciels hiémaux 

L'afflublerais-je  jamais  assez
des vertus de la prémonition
Antichambre des possibles   de l'espace-temps  latent
du frisson souverain qui aurait été  ici-bas  bradé
à l'aune du chiffre  de la métrique impitoyable 
souillant  le  jour trans-lucide  
désormais orphelin de la saine folie
et de ses vires hautement  bipolaires 

 

- MARIN - 

A Bord de la Folie