CAPU_LAUROSU_

 

La Plage, la Dune, le Cordon Lagunaire  ont perdu un volume de sable considérable et s'applatissent depuis la  construction du Barrage du Rizzanese :  Liens ou coïncidences ? Le constat est alarmant

 

LE COLLECTIF CORSICA...GO56 COMMUNIQUE 

 

Outre le beau projet  visant enfin à réhabiliter et à protéger  le vaste site lagunaire / zone humide et les abords  de Capu Laurosu / Tavaria / Portigliolu _ Golfe du VALINCU  - Sud de CORSE, nous tenons à  apporter quelques informations, propos, éclaircissements et observations quant  à la faisabilité et à la conclusion à venir des travaux engagés.

C'est sur la base d'un Cordon Lagunaire très affaibli et en passe de disparaître peu à peu que s'amorcent des aménagements hélas !  tardifs. En effet, les conséquences du Barrage du Rizzanese réalisé en Amont semblent déposséder depuis des années  l'embouchure et les rivages de tous les apports fluviatiles et arènes granitiques que les cours d'eau charrient depuis les sommets en s'unissant jusqu'en basse vallée au Fleuve majeur : RIZZANESE.

La dune s'amincit, perd de son sable, devient partout bien moins épaisse et haute. Un sable désormais et de dplus en plus terreux et limoneux provenant davantage des boues  que des composants de roches grenues jadis convoyés par granulométries appropriées jusqu'à la mer.

L'épaisseur de la dune et du cordon n'est plus ; les fortes tempêtes et des courants puissants  amènent et déplacent  les apports vers les profondeurs et dépossèdent ainsi le cordon lagunaire et la plage de ses puissants remblais naturels toutes les fois reconstitués et  maintenus par une déclivité qui est en passe de disparaître. Les crues n'arrangeant guère  le contexte complexe en phase de destructuration et de déséquilibre zone arrière et  zones de ressacs dynamiques...

Quant aux parkings à venir, aux voies cyclables et pédestres en bords de route d'accès,  espérons qu'elles ne laissent en aucun point du Littoral, -  de l'Hôtel Arena Bianca  à l'embouchure du Rizzanese-, de possibilités de  passer outre les défenses rapportées, ( Ganivelles ), aux risques de retrouver  Quads et Motos contrevenant aux nouvelles dispositions d'occupation du Site Naturel Remarquable.

Que ces Parkings soient également soignés et  délimités par des enceintes de pierres sèches, pour la beauté  du cadre et l'intégration aux spécificités  du Site mais,  également,  afin de  dissuader les intrépides de forcer le passage ras et bas  d'un maquis souffreteux.

Si les abords de maquis et de parkings doivent révéler  ces éclats d'arbustes gyrobroyés, le résultat  laisserait une impression de total inachèvement et d'encombrements exposés à de graves négligences, ( feu ),  en pareilles zones fragilisées.

Puissent enfin ces aires de stationnement être   agrémentées d'arbustes du cru, endémiques, adaptés aux vents et aux terrains ; il y a là matière à satisfaire les paysagistes et les spécialistes de l'arboriculture.

L'été, ces parkings ne doivent absolument pas devenir des aires  métalliques cuisant sur de la terre battue et poussiéreuses mais, des zones ombrées, distribuant les occupants selon  un sens  garantissant discrétion, fluidité, ombres parsemées, intégration aux paysages ! Ne reproduisons plus ici les erreurs du passé et les travers urbains si mal gérés et maintenus ...

Un tel domaine mérite l'excellence, d'autant plus que les 3 Kilomètres de Plage unique de Capu Laurosu- Tavaria -  Portigliolu comptent parmi les plus beaux rivages de l'Île de Corse...

Pour combien de temps ?  Seuls une disposition majeure,  - depuis le Barrage du Rizzanese, soit une bretelle  aménagée -, le total et régulier nettoyage  du Fleuve en aval, après le barrage, serait de nature à juguler de puissants factuers  érosifs  marins, exacerbés par les effets des extrêmes et des dérèglements climatiques  que nous connaissons.

Nous savons pouvoir compter sur les compétences, le goût, le souci de l'esthétique et  de l'intégration aux paysages des maîtres d'oeuvres et des concepteurs.

Des dispositions doivent être requises pour un stationnement des véhicules judicieux et totalement intégré sur Zones proches ou en marge des domaines respectifs et spécifiques de ces  lieux remarquables

...

 

ZONES_ARRIERES_EN_SURSIS_

 

LE COLLECTIF CORSICA...GO56

AUX ÉLUS DE LA CDC 

AUX MAÎTRES DE PROJETS ET D'OUVRAGE

ACTUELLEMENT INVESTIS

 

La Contribution de Ghjorghju d' OTA  

A Pieve d'ATTALA 

 

En amont, un barrage à la pointe de la technologie en a décidé autrement. Il ôte  pour une grande part à la montagne et à la mer le soin d'ouvrager, d'entretenir, de renforcer  les rivages d'antan. Des rivages  consolidés, pérennes, capables de répondre aux assauts hivernaux de la mer.

Les cours d'eau ont été coupés, détournés   des commandes et des impératifs de  l'azur. Ils ne délivrent plus ces précieuses arènes que les torrents d'altitude drainent jusqu'à la mer en joignant leurs atours minéraux, les charrois alluvionnaires des nombreux  affluents de moyenne et haute montagne, en amont du Barrage.

Il  faut savoir qu'en Amont, le Rizzanese  est rejoint  par  4 autres Torrents majeurs et un très grands nombre de ruisseaux, de cours d'eau secondaires : Cf Lien /  https://fr.wikipedia.org/wiki/Rizzanese

Lors des fausses crues, en l'occurence des lâchers du barrage actuel, dit-on dans le jargon  anthropocène-, les boues, le limon, la glèbe sont désormais véhiculées  brutalement  et arrachées en plus grandes quantités aux lits des plaines et du fleuve, notamment  lors des crues.

Ainsi dépossédées des  différents types d'arènes, laissant  fluer vers la mer  moins de sable et davantage de boues, la constitution et la physionomie des dunes change.

Des matériaux que le long cours de l'eau et les dénivelés ne peuvent plus trier, déposer çà et là. Ils colonisent les embouchures, les bords de mer et les vastes cordons sablonneux fragilisés,  destinés ainsi à disparaître lentement au fil des violentes tempêtes marines qui les submergent.

Et la dune et ses volumes aléatoires et changeants s'effacent, s'applatissent, s'affinent, happés par les hautes lames de la mer en furie qui gonfle au diapason de l'atmosphère et des eaux en états de surchauffe chronique ...

Le sable se fait de plus en plus rare, noircit, se mélange sans être lavé de ses impuretés.

Les vallons meubles,  les dômes  et le dessin  ondé des vagues léchant si haut la rive ont disparu. Un bord de mer qui s'apparente  plus à la digue, au remblai artificiel.

Zone humide et lacustre fragile, en sursis, avant que de disparaître inexorablement... Responsables, élus, paysagistes et spécialistes des sciences et de la vie de la Terre, attention ! Penchez-vous sur le problème et étudiez ce cas concret aux effets dévastateurs.

Il reste encore une solution, celle de créer une dérivation-bretelle qui permette au Grand et Noble Torrent de recouvrer une partie de son cours d'antan, du moins, tout faire pour qu'il se  refasse un lit, contournant les abords du Lac Artificiel,  le temps de rétablir un cours régulier et nourri de matériaux " nobles " .

Nous le savons, l'option 100 % barrage et ses lâchers modifient à tout jamais et durement le cours et les apports du fleuve vers la plaine et surtout l'embouchure, le cordon littoral !

Ce problème  semble impacter le rivage ; aucun aménagement, à l'extrême aval,  ne saurait redonner  force et pérennité au vaste complexe naturel de TAVARIA / CAPU LAUROSU, si le Rizzanese ne recouvre pas un second cours annexe, une bretelle fluide et régulière, ne charriant plus uniquement  les dépôts de l'édifice vomis par les phases d'  " écrémage ", ou des lâchers.

...