PARC_AUTOMOBILE_

Le consommateur ne doit plus payer l'incurie et les bévues  d'un système et d'une stratégie politique ayant réalisé de colossaux profits ! Il existe bien d'autres alternatives, ailleurs que dans le triste marasme de l'injustice sociale.

***

Depuis la création du Club de Rome dans les années 60, combien de Chercheurs, de Scientifiques, d'éminents Spécialistes des sciences de la vie et de la Terre, d'Océanographes de renom, de Géologues et de vulcanologues célèbres, de Climatologues, de Biologistes de renom   auront alerté le pouvoir politique sur les risques d'une dérive technologique majeure ? 

Combien sont-ils à avoir couplé les multiples menaces  aux effets aggravants de la surpopulation mondiale inévitable ?  Ils sont restés sans réponses, dans la quasi  indifférence de la part de la puissance politique et financière plus soucieuse d'engranger profits et gros indices de croissance et de compétitivité, jouant ainsi  les cartes de la démesure et  de la sur-consommation.

Ressources marines  et terrestres sont pillées, la dette écologique est immense et grave. L'énergie nécessaire au maintien de ce niveau de croissance et de production mondiale  représente un coût terrifiant pour la viabilité et la survie de notre atmosphère.

Nous ne possédons qu'un seul vaisseau ! Terre ... Ces politiques, technocrates - oligarques - ploutocrates - banquiers d'affaires - ne se soucient guère de l'acuité  et de l'urgence qui menacent les grands équilibres planétaires et climatiques... Ils avancent les pions de la perpétuelle faillite, banqueroute etc ...!

Sourds aux appels de la population mondiale, à l'instar  de la voix de la rue qu'ils n'entendent pas, ménageant ainsi les acquis et les privilèges des grands de ce monde et des puissants Lobbies, ils feignent toujours, à l'orée des grandes échéances électorales de jouer la carte verte, de miser sur un potentiel de voix en permanence et en définitive  trompées, dupées !

____________________________________________________

TRANSITION ECOLOGIQUE  / LE PARC AUTOMOBILE / A TITRE D'EXEMPLE

______________________________________________________________________________

 

L'état ne peut ignorer les faits suivants avérés, soit : 

-  Le Diesel aura été plébiscité par les politiques et les industriels  et très largement vendu jusqu'en 2012, voir au-delà !

- Les acquéreurs se sont endettés, ont honoré leurs échéances, ont satisfait à tous les contrôles techniques en vigueur, ont enfin suivi l'entretien coûteux de leurs véhicules. Ils sont dans ce domaine, propres et responsables. Ils ont  " donné " et plus que donné ...!

- De nombreux véhicules ne peuvent désormais plus  rouler en ville et sont voués à la casse, à court terme ;

-  Ils représentent encore pour de très nombreux ménages une part importante du budget mensuel eût égard aux  mensualités en cours. Une part  importante de  véhicules plus anciens et  déjà amortis roulent dans un parfait état d'entretien, parfois peu ! 

- Le coût actuel de la vie ne permet plus à une grande partie de la population de changer de modèles, primes à la casse et à la reconversion comprises.

En l'occurence, L' ETAT et les CONSTRUCTEURS   se doivent de revoir leurs  copies et envisager immédiatement une réelle

TRANSITION ÉCOLOGIQUE AUTOMOBILE SUR LA BASE D'UN ÉCHANGE DE VÉHICULE

 

 Selon  le principe de la parité du modèle acquis, ancien, d'une part et d'autre part sans autres coûts  que la  participation " symbolique " à l'achat d'un véhicule propre et durable, dont la participation  financière demandée serait proportionnelle au taux d'imposition des citoyens, à la fois juste et sociale, une dépense répartie sur l'année de l'achat contre reprise de l'ancien véhicule soumis  au tri  et au recyclage.

Les bas salaires et les  minima sociaux devant s'acquitter d'une somme forfaitaire modique, toujours en rapport avec le pouvoir d'achat net.

Il en serait de même pour tout le  Parc Motorisé Industriel et  commercial, selon le chiffre d'affaires des entreprises

LA PART DU GÂTEAU

Alors que les constructeurs ont eu durant des décennies la part belle des profits et des dividendes gigantesques, sans  verser la moindre taxe carbone, sans oeuvrer en conséquence et à temps pour limiter les émissions de GES, ils sont  désormais  mis à contribution, avec l'état, seuls vrais responsables de cette catastrophique situation de pollutions majeures. L'incurie et le manque de prévoyance se paie à la source !

C'est une dynamique de TRANSITION ÉCOLOGIQUE incontournable ! Ne pas  s'y soumettre équivaut à condamner la Planète.

Les dizaines de Milliards que  représente et cache l'évasion fiscale suffiraient très largement à mener à bien et radicalement la TRANSITION ÉCOLOGIQUE tant souhaitée et espérée par les jeunes générations

!

CORSICA...GO56