LA_BIERE_VITREE

 

 

 PATHÉTIQUE TÉMOIGNAGE

 

 

De bois flottés, ouvragé à la main, entre queues d'arondes, tenons et mortaises, au tout venant de ces bois flottés  que les torrents et la mer charroient des sommets d'une île au gré, au fil des crues, des saisons, des tempêtes, de la grande solitude de la vérité...

Amies ( s ), Internautes, passez ce  texte, ce terrible témoignage qui enténébrerait  la nuit et la voie du passage, ici-bas ...  Voici relaté un fait véridique, poignant, révoltant que le silence vomit  pour ne plus se  taire et tarir l'en-soi !

Nous le postons, le mettons en ligne afin que vérité  soit faite sur la forfaiture et l'ignominie. Soit et ainsi du rapt de jeunes consciences filiales... Tragique séquestration d'une fratrie que les parents décident, au nom et au temps obscur de l'arbitraire des polices secrètes de l'Est, de la collaboration infâme, perpétrée à l'encontre de leurs propres enfants, depuis bien plus d'une décennie.

Ces innocents auront été désinformés, privés de leurs deux grands-parents paternels, , du commun accord de deux grand dadais immatures, leurs propres parents.

Ces derniers les auront perdus,  à l'âge respectif de 3 ans et demi et de neuf mois ... Puis, sur le terreau infâme de la privation des liens parentaux,  sera né un troisième petit enfant, une petite fille, prénommée Lorelei ! 

Trois fois dans le deuil  sur le vivant, les grands - parents paternels accusent et livrent en pâture ces agissements qui comblent les culs-de-basses-fosses de l'histoire...

Trois petits enfants se voient dépossédés d'une moitié de leurs racines, coupés de l'amour  grand-parental, au nom de l'exclusif, de l'ostracisme, de l'autorité adulte  valant engeance détestable et diabolique, le tout,   sur fonds-fonts de piété, d'inepte sacerdoce, le sacerdoce de la haine et des privations volontaires, préméditées,  innommables, sur personnes mineures et si malléables...

Pourquoi ce  billet et ce texte, si ce n'est pour mettre en bière vitrée " le deuil  sur le vivant " de ces êtres de coeur  qui nous auront été enlevés par incompatibilité d'humeur tant  justifiée envers la bru  venue du froid.

 

ELLE PEUT

 se targuer, sur l'Île de Corse, en dépit des usages et des traditions,   d'avoir fait imploser toute une famille. Une caution que valide l'époux, le fils que nous aurons laissé  dans la bataille de la dominance, de la prévalence, des menées  torves de la belle famille.

s'enorgueillir d'avoir soustrait, contre leur gré, malgré eux, ses propres  enfants à l'amour de leurs grands aînés, les privant ainsi de tout un pan d'expériences, de moments de joies profondes et vraies, de sagesses éprouvées.

déclarer tout l'amour qu'elle voue à son mari en ayant instillé le ver dans le fruit de l'alliance  et du  lien de coeur sacré...

l'assurer de  tous les je t'aime quotidien  de la terre et de la nuit pour l'avoir, sans aucune visite de conciliation et de dialogue,  distancé,  de ses propres parents, de ces  liens que l'on croit à toujours indéfectibles.

jouir, toutes les fois, de la visite des siens sur l'Île, de leurs fréquents voyages dans les Vosges, sans se demander  si son aimé eût une seule  fois souhaité recouvrer le cours apaisé  de l'alliance et les siens 

...

Parfaits desseins que la préméditation ouvrage  et  trahit au passage, vus de  l'extérieur, considérant le tragique bilan des opérations de minage sur le terrain de la proximité, du devoir, des obligations ainsi balayées

LE COFFRET DEVENU BIÈRE 

Je fis un jour ce coffret de marine en bois flottés, à l'attention d'un fils qui me réclamait de quoi abriter  les échantillons, les  trouvailles de ses passions archéologiques, selon ses vues, l'usage qu'il voulût en faire ...

Oui, je mis tout mon coeur à l'ouvrage, dessinant ce coffret vitré  conçu au tout venant des bois de la mer et des torrents, afin qu'il lui plaise et garde de son humble père un souvenir commun,  fort, vrai, authentique, sans artifice. Mais la vérité  aura été bafouée par la femme venue du froid, manoeuvrant le jeune homme  avec force mensonges et sombres desseins ...!

C'est désormais là que nous mettons en bière ces deux créatures liguées dans l'ostrascisme, un apartheid   des  plus odieux ! Sentences dignes de la gestapo, des artificiers du Ghetto de Varsovie, de ces milices  infectes qui salirent le siècle Tragédies, le XX ème Siècle. 

Les deux protagonistes de ce détestable  projet logent à quelques minutes du foyer familial qui les hébergea, des mois durant,  alors qu'ils étaient dans la rue et dans le besoin... Ainsi de la gratitude des temps modernes.

Nous avons donc fait le deuil  de nos trois petits enfants, d'un grand fils, sur le vivant et le reste du vivant à venir, sans compter les dégâts collatéraux  engendrés selon les accointances et les bas compromis. 

OUI ELLE    ET   ENCORE 

aura également, sans vergogne, sans scrupule défait les liens du jeune  frère, de la grande soeur, menant alors à son terme parfaite  et totale manipulation.

 Se  réjouit de vivre pleinement la Terre de Corse, d'avoir si bien  écarté  la belle famille locale, d'user du patronime  Corse, - devenu dès lors et malgré nous insane  sauf-conduit -, de profiter du soleil de  la belle île avec les siens tout en ignorant, à deux pas du coeur de son mari, le foyer fondamental, une histoire  qui les fit.

POUR SOLDE DE TOUT CONTE

Laissez-nous refermer à jamais ce couvercle de verre. Que son contenu nous soit lointain parjure, détestable trahison, mauvais augure.

Le recueillement vogue dans l'océan  de la douleur,  afin que la douleur se perpétue et engendre plus de douleur...  tranchées, les attaches du  coeur bafoué  trônent tel un trophée sur l'autel de la catéchèse et des  communions souillées ! 

Lui, reconnaîtra  ce petit coffre de marine et ses fantaisies. Qu'il  le rapporte et le pose devant les grilles de fer scellées de la maison,  de la vieille maison de pierres de taille, qu'il s'en aille, rejeté des siens, sans se retourner.

Qu'ils posent  sur la galce leur regard duel,  le matin,  en aimant  encore plus fort leurs enfants, une fraterie  qui n'auraient jamais souhaité être privés d'une moitié essentielle. Car ils pourraient  en mourir de froid.

 Tragiquement

NONO  & MINA 

Aux auteurs du parjure et du deuil sur le vivant

Mal de Terre Mal aux Mondes