SHANGHA_

La Finance, toujours plus haute ; aller, respirer loin des miasmes et des  airs  ultra-pollués d'en-bas ... Le progrès sert de sombres desseins

 

 

ARGENT ! ET APRÈS ?

 

Que la prose et la poésie t'accompagnent, relatent, témoignent en ce bas monde courant à son inéluctable perte.

Va l'amble des vagues fluides et  transes-lucides, et vois au-delà... Question de temps !

Les océans et les mers acides ne te laisseront jamais impavides, interpellent, alertent. Tous les azurs faillent malgré eux aux desseins de l'éternel, des immensités, de toutes vérités irréfragables que d'aucuns auront bafouées, vaincues et portées au tréfonds de l'impensable socle des connaissances et de la science à vitesses et géométries variables.

Menées cupides des plus grands, des puissants. Rien ne saurait  désormais résister  aux forfaitures  que  la terre, l'océan, les forêts, l'air et l'eau, les vastes espaces de glace, les règnes animal et végétaux endurent et ne supportent plus.

Que faire, quoi entreprendre avec tout l'or du Monde si les mondes qui le servent, meurent demain et ne reviennent jamais plus ?  Quels enjeux, quelles mises atroces prévalent encore et toujours aux destinées de l'humanité qui ne saurait être seule à poursuivre sa route, de passage, sur un vaisseau exsangue, dépouillé de ses ressources, invivable ? 

L'heure est grave et le temps pressé, déjà trop  tardé, qui signe  et valide un bilan terrestre et planétaire catastrophique. Il est probable que le " système de choses " biblique ne vaille point le  système artificiel des rouages diaboliques  que l'homme, cette maladie,  engendre envers et contre tout principe vital en en pillant et produisant à outrance...

Donnons-nous rendez-vous dans quelques années, l'été,  au coeur de l'hiver, des canicules atroces et des tempêtes d'une autre dimension.

Prenons dès aujourd'hui acte de l'inconscience, de l'irresponsablité pérenne des grands ténors d'un opéra tragico-pathétique qui mène droit dans le mur, après les balbutiements consternants de la  dérisoire transition écologique.

Il faut être raisonnable et  cerner la mesure des velléités menées en Occident. En effet, comment la Planète pourrait recouvrir une situation d'avant la révolution industrielle en équivalent  carbone si la majorité des pays, des nations, fondamentalement en voie de développement, en situation de précarité, ne peuvent suivre le train de la modernité transitoire et soucieuse de développement durable ? 

Efforts et changements à  travers une suicidaire et perpétuelle dialectique Nord-Sud ! Pendant ce temps, les pays les plus riches conçoivent les navires-villes de demain capables de transporter 80.000 personnes !

Le Trafic aérien promet de doubler ses capacités de vols  d'ici à 2035... De gigantesques nuages de pollutions sont à craindre et à redouter, périodiques, lorsque les technocrates continuent de  lâcher dans l'arène estivale des millions d'être humains,  sur les routes les plus chaudes de l'années.

Folies furieuses, dantesques fournaises, la termitière est sur le point d'imploser

 

ALERTES / URGENCES / PAUSE / BAISSE ET RÉORIENTATION  DE  LA CROISSANCE MONDIALE

!

CORSICA...GO56

LA CHRONIQUE CIVILISATIONNELLE