GEOFFREY_ORYEMA_

 

 

  

Témoignage émouvant ! Ces enfants dont le regard transperce le cinysme des chefs de guerres  ... A celui qui lutta contre le recrutement des enfants-soldats à travers les conflits du monde, en Afrique, notamment, auteur d'une Lettre  adressée à l'ONU et d'un texte chanté dans l'hémicycle onusien sur le tragique sujet d'actualité

 

IL Y A UN AN GEOFFREY

 

 

Un arbre vénérable tombait et nous eût très certainement broyés, un matin de Juin, alors que tu venais de partir, la veille... Le bruit assourdissant  que l'Olivier libéra en chutant dans notre jardin aurait couvert l'assemblée de tout un village rendue à son pied. Toutes les rumeurs de la fête et de la joie à louanger les Ancêtres de la Terre d'Anaka auraient été comme étouffées !... Immense bâton de palabre dont on entendit le bruit de cascade amplifié, à l'intérieur de la maison, lorsque ses troncs  et sa vaste voilure s'abattirent tout contre notre foyer.

Nous eûmes un ange-gardien ! Il en sera ainsi...  Nul ne peut expliquer ce qui nous préserva de l'accident, sachant que nous demeurons de longues heures, à l'ombre de sa  majestueuse ramée.

Alors, en souvenir, à la mémoire de l'Artiste et de la voie que  tu t'étais tracée, fêtant  ainsi  la Musique et la Culture, embarqués que nous étions  pour un splendide "  voyage musical ", nous t'avons encore longuement écouté, tant apprécié.

La Musique et le chant, au-delà du village  sans voix de nos Anciens ,- qui ne rend plus que le cri de la chevrotine, de la souffrance animale arrimée à  ses cages-, auront comblé le ciel, les étoiles, le croissant de lune, les étendues verdoyantes de la plaine.

La haute façade de pierres de taille de notre maison  pour  fronton, la profondeur  de ton chant aussitôt  s'évela vers le ciel du Solstice, gravit l'abrupt de granite. Le jour fut long, trop long, en attendant quelques brins de fraîcheur providentielle. 

La campagne et ses arbres que des myriades de myriades de chenilles  ont défoliés semblait retentir toute entière des accords fascinants de tes compositions évoquant la Terre de tes lointains familiers, de tes liens indéfectibles.

Tu seras parti trop tôt, Geoffrey. Nous nous connaissions, certes, mais si peu !  Quelques échanges, un regard, des mots  immenses et l'amitié nous lia comme  l'homme et l'ami que l'on garde à toujours dans le coeur.

En souvenir de Geoffrey ORYEMA

du concert fabuleux qu'il donna en l'Eglise Saint-Dominique de Bunifazziu, un certain mois d'octobre 2013, à l'occasion  du Festival Nautic et Music... Ce soir là, tout un public embarqua à bord d'un inoubliable "  voyage musical ". Et si le thème austère  de son tour de chant oscillait autour des enfants soldats dans le monde, de la guerre, il sut aussi nous émouvoir et nous faire  rêver

!