L_Amandier_et_le_figuier_

 

 

Et le fruit demeure        de saison 

déjà mûr et généreux 

Au  panier d'osier patiemment   tressé 

 il  accorde  

le chant  sapide de  nos liens 

honore tous les mélismes

des champs moissonnés  

 

L'amende     vert tendre

et     de résine    tavelée

La blondeur mellifère de la figue blanche

gorgée de soleil

irradient la vérité de l'arbre 

qui se cachait    

pour mourir    de silences

  

Revenu du passé 

de l'enchevêtrement létal 

des ronces -  lianes

qui le ceignaient 

qui l'étreignaient

entre les joints du temps 

de la  pierre sèche 

 

Le  figuier   le  vieil amandier

greffés

comme une offrande 

à l'homme de la terre 

recouvrant la main verte d'antan

de nouveau   bourgeonnent        fleurissent 

et se couvrent de  pensées

d'almes présents 

 

Point de substances artificielles 

mais la fibre et la sève saines  et pures 

que  les lunaisons  drainent encore 

depuis les monts   les vallées 

 

 Apaisants  desseins  du verger

au  manteau de la terre  fraîchement hersée

 s'éploient

 

La frondaison  ravit  les champs de l'azur  

Feuilles ciselées        feuilles lancéolées

frissons

comblent le vol du passereau 

qui s'abreuve     las    à la source

des racines du ciel

 

!

- MARIN - 

A Terre

A la recherche du Temps Perdu

 

 En cours  -  26.06.19