euro_placement_dargent_dor_bar_prix_de_lor_finance_reserve_metallique_lor_j8j286

MONEY / PINK FLOYD / ANTHOLOGY 

 

PLANÈTE EN SOUFFRANCES


CAC 40 ET INDICES BOURSIERS INTERNATIONAUX SONT AU ZÉNITH

 

L'été révèlera  désormais et dans toute sa virulence, sous nos latitudes, l'ampleur des diverses formes connexes du Dérèglement Climatique causé  par les " Grands de ce Monde ", soient les décideurs. Depuis les Accords de Paris grandi-loquents, jamais la Planète des hommes n'aura émis autant de  GES dans l'atmosphère. Jamais la Planète ne connut pareil mois de Juin !

Aucun pessimisme, aucune vue de l'esprit fantasque, sans disposition pour  quelque scénario catastrophe, nous disons que nous  franchissons le seuil de l'irréversible. Chaque jour révèle son quantum effrayant  de conséquences, d'effets, de nuisances. Inquiétant. Cumuls interpénétrés de nuisances et de destructions massives dont nous paierons à très court  terme et  très cher l'addition.

2050, c'est déjà demain !  2020 serait par à-coups, intenable ... Le Déréglement Climatique frappe, aveugle et impitoyable.

 

 

Nous ne ferons hélas ! jamais  changer une équipe qui gagne sur tous  les fronts
torves des profits, de la richesse, de la dominance cupide.


Les grands de ce monde s'enrichissent  sur le devenir des mondes en perdition,
en grandes souffrances. Ils vendent  des armes, de surcroît, pour  aller plus vite.
Et pourtant, politiques, financiers,  grands patrons savent mieux que quiconque


Que des canicules hallucinantes déciment des troupeaux entiers de chameaux,
d'ovins, dans le nord de l'Inde, en  Australie, dans le Sahel.
Que l'Alaska affiche actuellement 15 ° C de plus que la normale.
Que le Groenland fond à vue d'oeil, que l'Arctique  et l'Antractique sont menacés.
Que des tonnes de poissons crèvent sous nos yeux dans les lacs, les rivières, les étangs.
Que des vignobles sont en quelques heures définitivement détruits.
Que le moustique tigre  trône et prolifère en délogeant ainsi,
via les sombres menées des truands aux affaires, l'univers fabuleux des abeilles.
Que les eaux montent alors que les banquises Nord et Sud,
les glaciers fondent inexorablement, entraînant  déjà un exode climatique massif.
Que les températures ressenties caracolent au-delà des 50 ° C sous nos
latitudes tempérées, en été, au sein  de villes et de quartiers obsolètes, inadaptés, figés.
Que les tempêtes s'apparentent à de véritables cyclones avec effets induits, ( Cf  / Vigilances Météo  ). 


Les grands de ce monde exultent et font du chiffre, dans les chiffres, tout azimut.
Ils jonglent avec le big data et  le système, persistent et signent entre démesures et insolences.
Le problème étant que ces abrutis engagent nos destinées, celles des générations
futures, spéculent sur le temps, l'espérance de vie, l'avenir, un  devenir inéluctablement mesuré.
Qu'on leur prouve par A + B

Que des pans entiers et gigantesques de nature,
de biotopes, d'écosystèmes majeurs  disparaissent à jamais.
Que toutes les formes de chasse et de prédation menacent le devenir de la Biodiversité
animale et végétale, marine et  terrestre, les grands équilibres vitaux.
Que la biochimie moderne,  sollicitée  à des fins de monoculture extensive,  répand l'engrais
et le pesticide destructeurs contaminant les eaux et les sols, les oiseaux.
Que les mers et les océans devenus acides périclitent, se réchauffent,
tuent malgré eux la biosphère et l'univers marin, ces écrins capables
d'absorber une grande partie du C02 émis par l'homme moderne.


Les grands de  ce monde le savent tellement bien qu'ils feignent d'en circonscrire
et d'en minimiser l'impact, l'ampleur, le seuil critique, le point de rupture,
l'inertie fatale que l'impudence, l'indifférence et le mépris engendrent, certficient.
Chez chez ces gens-là, on joue avec les prospectives, on affiche en réunions
des objectifs à atteindre non seulement impossibles à quantifier
mais globalement ridicules face  à la virulence, l'interdépendance et
l'accélération des processus de destructions engagés à l'encontre de nos fragiles
équilibres climatiques, saisonniers. Gesticulations, effets d'annonces, pantalonnades ! 
Une irresponsabilité qui n'aurait pour gouverne que le sacro-saint
indice de croissance,  tandis que la planète suffoque, que les échéances
irréversibles accélèrent et amplifient la dette écologique, les multiples  écocides.


Que le monde des affaires s'érige en maître absolu, perpétrant et perpétuant
à souhaits l'immensurable fléau plastique, la redoutable chape de GES
qui règne au-dessus de nos existences. Des forfaits de civilisations légitimés,
officialisés, réglementés en surcroît qui rendent le quotidien et 
la vie intenables, éprouvants, confrontés que nous sommes  à des extrêmes climatiques
d'une rare violence et étendue, généralisés, soudains, inattendus selon la saison...


Les grands de ce monde mégotent, palpent, s'engraissent, exploitent, comptent,
au diapason d'une puissance marchande  implacable, minoritaire, en toute liberté de nuire.
Des dizaines de milliers de vols dilacèrent nos ciels, chaque jours, répandent
le poison qui tue, qui brûle, qui assèche, qui désertifie. Négoces et commerces  mondiaux annihilent toutes velléités de  transitions,  énergétique et écologique,  durables.

 Mais des dizaines de millions de passagers croisent tout autour de la Grande Bleue en surchauffe, en sursis, asphyxiée par des matières plastiques, des îlots et des  continents,  des gyres plastiques dérivant, des masses d'air  soufrées émises par la marine marchande et de croisière en plein essor.


Les grands viandards de ce monde font des affaires avec les protagonistes
du massacre animalier et forestier. Infecte Deal planétaire, gigantisme dans la tuerie et le méthane ...!
On serre la main, au nom des marchés juteux et  saignants, aux dirigeants des pays commercialisant
encore l'ivoire, qui commettent sous cape  des atrocités innommables contre les éléphants, les Primates, les baleines pilotes, etc ... La liste est effroyable et la condition animale devient insupportable ! Vides juridiques et mentalités dégradées  génèrent  les holocaustes des temps dits modernes ; une véritable barbarie !


Les grands de ce monde font des courbettes aux rois du pétrole qui s'affichent
qui  s'arrogent le commerce et la possession d'animaux sauvages en voie de disparition.
On descend encore en Afrique tuer l'éléphant, le Lion, le Félin, le Tigre lâché  pour la circonstance ! Triste butin ! On négocie en balayant d'un revers de main les pétitions mondiales ...
Safaris odieux, d'une rare cruauté, inutiles, révoltants... Les Droits de l'Homme y sont bafoués, dans la foulée et l'exercice des pouvoirs subsidiaires ! 


Et les Océans étouffent sans fin l'agonie, le cri  déchirant des cétacés harponnés au canon  par la
connerie, par le sens des affaires sanglantes que d'autres grands cons de ce monde
valident, expédient, au non de la con-currence, de la con-descendance, des intérêts de la haute finance.

____________________________________________________

L'an dernier, en 2018, l'AMAZONIE a perdu 500 MILLIONS D' ARBRES, soit  500.000 terrains de Foot-Ball de forêts !

AGRESSIONS CONTRE L'HUMANITE 

et contre lesquelles les Grands C... de ce Monde ne font toujours rien

____________________________________________________


Les sous-sols des banques regorgent d'or en barres ! Les grandes banques
embraseraient la planète si elles venaient à brûler leurs stocks de billets de banque
établis sur l'autel des forêts dévastées ! Les coffres-forts croulent sous les tonnes de pierres précieuses. Les  diamants sont  éternels...

MAIS 


Quand les grands cons de ce monde aux affaires auront tout détruit, pillé, saccagé,
des ressources de la Terre, s'appercevront-ils que l'or et l'argent ne se sèment pas, 
ne se consomment pas, que la  pierre, fût-elle si pure et transparente demeure à  toujours stérile

?

CORSICA...GO56

- MARIN -  A Terre