AUX_SOUVENIRS_

 

 


Aux souvenirs       qui demeurent
battant aux vantaux d'une vie
comme ils se rappellent aux jeux 
des reflets furtifs
des mots de givre  des pensées 
qui s'entent      au choeur de la nuit

L'absence    m'est une ombre
que fige l'albâtre
des nuées océanes
Sombres allants
des - dalles tumulaires
immensité

Durer    sur la mer   ne laisse
aucune empreinte
A terre
le temps perd en voyage
le fil de la légende
le chant onirique
des forêts d'antan

Tant d'années se sont enfuies
Un tout naufrage
Je souhaite leur parler
voler à leur secours
Mais en vain

Ainsi du passage
Etrange aparté
dénué de sens
quand il manque à l'appel
à l'océan du vide
le sillage de la sagesse

Mais du faisceau nitescent
des - astres morts 

 

- MARIN - 

A la Recherche du Temps Perdu