JUMP__GERER_LE_RETARD_1_

 

Retard  à l'appel du saut sur une vague de roche  creuse ? Conduite à tenir  ou essai de réponse ...?  4.5 M2  et Waveboard 94 Litres - Vent  établi à la force 6 Beaufort, Rafales  à 7 B ! 

Les conditions de la réalisation du Jump attestent d'un manque préalable de vitesse linéaire.  D'autre part, la composante verticale étant très prononcée s'ajoute au déficit de vitesse initiale.

Le Waverider doit lofer, afin de contrer l'éjection par l'arrière due au choc frontal !

Plusieurs options s'offraient donc au Windsurfer, excepté le Push Loop, par manque avéré d'inertie et de vitesse d'excécution, soit : 

- Le Jump et les lâchers de mains / grabs ; 

- Le U-Jump ; 

- Le Table Top qui eût boosté les coordinations en vol par appui dynamique supplémentaire !

- Un hypothétique Backside air ou un Vulcan, pourquoi pas, si tant est  que le Rider  parvienne à maîtriser un appel  du saut défavorable à la composante Longueur...

- Enfin, s'il avait abattu et visé sous le vent de la vague, un Eagle Wing aurait  été du plus bel effet ; il gagnait un surcroît de vitesse, un appel du saut encore moins frontal et une orientation Cap / Vent tout à fait favorable à l'Eagle Wing, ( Table Top avc lâcher de main arrière et mise à plat de l'ensemble  Rider / Matos complet ) ; 

YES 

Lors du Jump, il pointe  donc sa board vers le ciel, dans un Lof neutralisant le gréement ; mais comment ? Tout simplement en ouvrant son plan de voilure, main arrière décalée ; premier point clé :  Ne pas partir en sur-rotation ! 

2 ème point  : le rider reste bien suspendu à son gréement, sans le brider, profitant ainsi de l'allègement de l'envol. On voit nettement  que le rider cherche à maîtriser ce départ au Lof à la fois contraint, souhaité et, de circonstances

!

 

SEE YOU NEXT TIME 

RIDER " CPP  " from  CORSICA...GO56

 

DEMONSTRATION__COMMENTEE_RETARD_AU_JUMP__WINDSURF_