CLASSIFICATION__HORS_SUJETS_

 

DE LA  MÉTÉOROLOGIE AUX  DÉRÈGLEMENTS CLIMATIQUES PLANÉTAIRES

 

Un article, une réflexion en mesure de faire le point sur  l'inadéquation totale  de certaines nomenclatures ou classifications figées, inopportunes, plus que trompeuses, décrétées on ne sait ni comment, ni par  qui, au nom de quoi et, surtout, dans quel intérêt.

Selon cette échelle, nous notons et observons des écarts  phénoménaux  aux moyennes et surtout au temps qu'il fait réellement !

Rien ne saurait être enclavé, encore moins les données réelles  que les extrêmes climatiques font désormais peser  sur le cours d'un temps exacerbé 

***

FORMATER ET DRESSER L'OPINION 

 

Sans doute que le système en place rodé, les assurances, le monde de l'emploi et des affaires juteuses y trouveront leur compte et pour causes ! De telles nuances, précisions,  valent pour  tout ce que les dominants et les politiques   tirent de profits, aux dépens des travailleurs, de la base, aux catégories socio-professionnelles  des étages  bas et moyen assujettis, asservis aux rouages  quotidiens  rigides du labeur, fussent-ils précipités dans la zone rouge climatique et les touffeurs des étés graduellement  surchauffés.

ANALYSE CRITIQUE DU CADRE  ET SES REPERCUSSIONS 

 

Quelque soit le " niveau  d'alerte "  annoncé ou établi, on peut  désormais connaître  des températures extrêmes diurnes, de l'ordre de 45 °C  voir  localement bien plus,  pouvant occasionner de très grosses complications de santé et  des conditions de travail notamment. Quant à l'Indice Humidex, il caracolera bientôt au-delà des 50 ° C ! Attendons de vérifier, sous peu ...

Le Pic de chaleur en est un exemple flagrant, - de plus en plus fréquent, isolé, répété. Il sera commué arbitrairement  en vague de chaleur suivant la durée certes et un seuil de 24 °C nocturne à ne pas dépasser d'un dixième de degré !  Pic et vague de chaleur  étant également susceptibles de provoquer le décès  !  N'ommettons pas les  conséquences de l'exposition contrainte que connaissent les travailleurs en extérieur, voire les comas ou la mort qu'ils engendrent du premier au dernier jour, voire au-delà, des suites de malaises répétés dus aux coups de chaleurs, à la déshydratation, à l'effort, etc.

Enfin, on trouve la Canicule, qui excelle dans le temps et davantage  la nuit ; or, c'est à ce stade  que le bas blesse sérieusement, que les consignes  des gens de bureau numérisés, nourris de Téraflops et de Pétaflops se  manifestent et à mauvais escient,  obstinément, avec tout le respect que nous devons à leurs formations de haut - niveau.

Mais qu'ils nous excusent car ils sont hors sujet, pourquoi

?

 

LE JEU DES CLASSIFICATIONS  HABILES 

 

Tout simplement en raison de la durée  du jour allant décroissant vers le solstice d'hiver. Moins d'ensoleillement, un refroidissement plus rapide par rayonnement nocturne, des nuits plus longues. La canicule disparaît donc  comme par enchantement ! 

Ce qui ne signifie absolument pas que les températures du jour  baissent de façon concomitante. Nous notons  qu'elles se maintiennent de plus en plus,  au-delà des trois jours, des 35 ° C, avec des pics de chaleur et un Indice Humidex en surcroît plus intense, si bien que nous vivons systématiquement  hors canicule, mais un véritable contexte caniculaire le jour.

En outre et en  de très nombreuses circonstances, -  milieu urbain et  habitat surchauffés, spécificités locales, environnement, etc -, les nuits  en intérieur affichent toujours 28 °, voir 29 ° C - 30 ° C, soit des valeurs absolument insupportables qui ne permettent toujours pas de dormir et encore moins de reposer l'oragnisme.

Cette échelle fausse absolument toutes les données et gomme les  interférences négatives. Une  grille qui cadre  et campe  les scénarios, qui complaît bien évidemment  à la grille de référence inamovible, sans passerelles,  aux procédures amoindries, dont les seuils calculés au cordeau siéent aux argentiers de l'état régulateur à l'envi ; aucunes décisions d'adaptations circonstanciées  des horaires, du temps de travail ne viennent  surseoir à pareils aléas climatiques.

 

L'AVENIR DU FUTUR  CANICULAIRE

 

Nous pouvons d'ores et déjà annoncer des pics de chaleurs insupportables, des vagues  de chaleur  également insoutenables, non caniculaires au regard des indicateurs actuels,  sous les 25 °C.

Quant aux canicules, le thermomètre sera bien vite débridé, affolé, dans le rouge, sur la durée et, surtout, cumulant pics et vagues hallucinantes, à plus de 50 ° C

!

 

PENSER EN TERME D'INTER - ACTIONS  ET DE FEED-BACK POSITIFS

 

Revoyez votre copie, Mmes et Mrs. La marche du temps s'avère dangereuse ; nous allons vers un  type de climat anthropo - logiquement modifié, déréglé, aux situations de blocages météorologiques tels que nous ne pouvons plus évoquer  ou parler de météorologie mais de Climatologie Anthropique.

Les relations aux conditions  de travail en seront profondément affectées, préjudiciables à la santé, n'en déplaise aux lois  du Travail. 

Une vision donc totalement rigide et obsolète qui ne rend plus compte  de la nouvelle réalités de terrains, de zones, de territoires, de pays, d'ensembles régionaux.

 

LA MÉTÉOROLOGIE AU SERVICE DE L' ÉTAT

 

Enfin, présentateurs Météo, évitez de vous réjouir à chaque retour de  l'anticyclone sur l'hexagone, l'ouest de l'Europe. Accueillez les dépressions océaniques  qui faisaient jadis les charmes de nos climats tempérés. Les températures  baissaient  au diapason du cheminement vers l'automne.

L'Anticyclone, ce véritable monstre permanent catalysant les milliards de M3 de  GES et d'air souillé  relâchés en saison dans l'atmosphère, cette  chape artificielle qui rend notre existence insupportable.

Nous  souffrons un enfer de chaleurs depuis le mois de Juin 2019, sans répit, qu'il en soit du Pic, de la Vague ou de la Canicule, le mal-être et le malaise ne font pas de différence. Le corps et le mental accusent les coups portés par toutes les formes d'un dérèglement climatique aigu

!

 

CORSICA GO...56 

LA CHRONIQUE MÉTÉO