29_mars_2018_nicolas_sarkozy_karcherise

 

 N'écorchez pas les défenseurs du Climat et de la Planète que vous aurez souillés, dans la lignée de ces décideurs sans scrupules ! Vous déclenchez l'ire de l'opinion aujourd'hui rompue à ces dangereuses  pratiques d'état, toujours impunies, lorsque la démocratie s'arrête pour raisons suprêmes

...

 

C'est avec tristesse et consternation que nous relevons les propos  bas et inintelligents  de ces anciens présidents traînant derrière eux des longueurs de casseroles tonitruantes ! Ces pantins,  que le Grand Patronat valorise, au plus haut de leurs rires con-descendants de circonstances ; le rire gras des assemblées-bastions inexpugnables et  des capitaux sans frontières ni limites ! 

Nous connaissons, hélas ! le poids et les menaces que font peser sur la planète les Climato-Sceptiques arguant du fait  que le pli est déjà  pris et,  qu'il ne faut rien ajouter au sombre tableau d'une fatalité non déterminée, un contexte  qui ne relève certainement  pas, selon eux,  des lacunes de l'homme - dieu,  sur-homme argenté en mesure de défier les ouragans de classe V, les canicules, les sécheresses, etc ! 

Ces gens-là, ne réfléchissent point ! Qui  placent au premier rang de la suffisance, de la prétention, de l'impudence cette impunité légitime que la République officialise dans les coulisses et   les arcanes des manoeuvres et des passe-droits. Guises plus que coûteuses de reconnaissance pérenne pour services rendus à la Nation, fussent-ils  sans odeur ni couleur, entâchés de magouilles ! La voie est libre, place aux menées torves des hautes sphères polluées ! 

La situation  est désormais critique. Dirigé par ce type d'olibrius incompétent, le pays craint. La planète  vit un sursis tandis que la croissance s'emballe,  au diapason des températures, des émissions d'ozone, de co2, de dioxyde de souffre, de l'entassement de  tous les types de déchets, en surcroît nucléaires ; telles étaient ses visées pour la planète et demain.

On raille, on fustige, on  rabaisse à l'envi le  dit "  ancien Ministre de l'écologie ", sans le nommer, ramené au rang, aux strapontins  des élucubrations manipulées. Greta Thumberg et consort devisent en faveur de la sauvegarde de la planète ! Elle est aussitôt  affublée de tous les avatars infamants, infantilisants, avec  un mépris à gifler.

Chez chez gens la, on s'écoute parler, perclus de tiques et de  tocs, témoins d'une hypocrisie avérée, sans bornes. Pendant ce temps, la planète, en tout point,  surchauffe, perd ses glaciers, ses pôles, ses forêts, son eau,  son atmosphère, ses ressources et, ne se régénère  plus. Ils en sont plus  que  les débiteurs :   de conneries ! 

Ils louent et vantent encore ce  Capitalisme désuet, in-humain ou atavique, doublé d'un libéralisme forcené, allant à  brides lâchées depuis les années 20, perpétuant sans fin les  Temps Modernes  vus par C. Chaplin. Autocrates, ploutocrates intronisés et entretenus,  plus disposés à briller  et à se situer qu'à poser les bases d'une véritable transition écologique, d'un virage vert radical et mesuré, ils se situent toujours.

Une irresponsabilité dont font preuve, quoiqu'il advienne, les politiques et les affairistes au pouvoir, en surcroît sur l'hexagone, au nom de la pensée unique valant échec cuisant à terme, car ces gens - là sont dans l'erreur et la cultivent comme la cupidité, la vanité, l'orgueil, le complexe de toutes supériorités mal avenues.

En quelque sorte, une erreur, un anachronisme regrettable, un raté  de l'histoire, désormais   En Marche, demain rassemblé autour des populistes en vogue et porteurs.

Est-il vraiment  d'actualité de tergiverser, de contester, de minimiser, de critiquer, de s'approprier  la vérité alors que tous les indices sur la planète, dans les airs et les océans sont au ROUGE ? 

Pourquoi, déplacer le débat central, l'esquiver, nier, contester ce que la modernité inflige à la Terre ? 

Face à un Pari  Pascalien, le plus sage n'est-il pas  de prendre à bras le corps  et faire siennes les conclusions de milliers de rapports éminemment  scientifiques afin de négocier un virage vital et salutaire pour le monde entier ?...

Ce virage amorcerait sans crainte une Décélération, une Décroissance salutaire. Sur fonds de Transition prioritaire et de redistribution de la richesse mondiale, nous pouvons encore espérer.

Il aura, le petit nikolas,  sous la botte et la férule  du grand patronat,  initialisé et mis sur les rails l'infantilisation de l'opinion publique, brisé le syndicalisme, servi sur un plateau les grands du CAC40 et du Médef, soigné l'antre de toutes les hypocrisies mortellement silencieuses

!

 

Anton' Pasquinu d 'ATTALA

pour 

CORSICA...GO56