TROMPE___L_OEIL_

Après l'été, surtout, l'ÎLE DE CORSE est assaillie  en mer et vers les rivages de déchets plastiques petits et grands, déchiquetés par les hélices de bateaux et  les rivages rocheux, le ressac, etc ! Une gigantesque  pollution que nous observons, sous nos pieds, dans les transparences déchues et outragées de nos eaux insulaires 

 

 

IL FAUT ALERTER

Ces eaux féeriques cachent les affres et les  miasmes de la modernité, de la sur-production industrielle non contrôlée et de ses déchets.

 

Quant aux conséquences de l'incivisme : elles s'avèrent catastrophiques.

Que nous nous trouvions ici en zones de réserves, vers le Parc Marin,  la mer, les courants, les dérives des coups de vents n'épargnent aucun domaine maritime ; conternation.

On s'y précipite, ébahis, on s'ébaubit en saisissant des milliers de clichés  numériques, subjugués par tant de beautés  et de tons naturels. Leurres, trompe-l'oeil, faire - valoir, hélas ! tragiques ...

Nous le disons haut et fort  et le répétons sans relâche : 

ATTENTION PLASTIQUES MER MÉDITERRANÉE ET ÎLES

 

Il ne s'agit plus de s'égarer à travers milles études, d'ouvrir des portes ouvertes, de se livrer à des opérations de coms bien en vues et parfaitement montées sur fonds d'aventures estivales !

L'état fait le sourd,  les industriels-producteurs  n'entendent pas les signaux d'alarmes que les scientifiques déclenchent. Il importe  alors de monter le ton.

Nous naviguons, partout. dans le premier mètre de profondeur et vers  la surface, des milliers de déchets plastiques flottent, se prennent dans nos ailerons ; nous les traînons, avec une forte  densité d'algues vivantes, vertes, ( posidonies ),  arrachées aux fonds par les bateaux et la plaisance, les mouillages forains. Le vent fort, sans aucune houle significative, n'est point à l'origine de ce vaste ramassis de micro - déchets broyés, de macro-déchets et de végétaux ...! 

Les routes, les cours d'eau, les agglomérations  amassent leurs matières plastiques, sur des milliers de Kms de réseaux souillés, d'hectares urbanisés ou non. Les grosses pluies de l'automne, si celles-ci daignent toutefois  tomber, draineront à nouveau des centaines de milliers de mégots, de fragments  plastiques vers la mer.

En amont, chaque emballage plastique permet au Grand Patronat d'exercer une plus - value,  en toute impunité et liberté de polluer. Il récidive, produit et signe toujours  ces emballages qui tuent mers et océan, partout dans le Monde.

ASSEZ 

!

________________________________________________________________