EMBALLEMENT_CLIMATIQUE_

 

 

CLIMAT  CONTRE MÉGALOMANIE  D'ETAT 

 

LE LIEN

 

Prenons les termes de cet Article qui vient à point nommé ; les perspectives inquiètent. La messe est dite ! Que les chefs d'états prennent acte et décident d'un virage des plus serré, dès demain matin, le 24 septembre 2019 !  

Juste après l'intervention de GRETA THUNBERG, l'Assemblée de l'ONU vote le CETA, dans ses termes initiaux 

Mais, proportionnellement à l'état de grande puissance, de nation industrielle et économique prégnante dans le concert international, gageons d'ores et déjà qu'elles seront plus enclines à lutter de  front contre les dérèglements climatiques et leurs conséquences à tous les niveaux de la vie et des équilibres de la planète plutôt  que de s'engager sur des politiques et des stratégies de productions propres et durables, une transition toujours coûteuse, risquée, aventureuse.

Pour exemple, New York et ses travaux titanesques déjà entrepris et destinés à  s'opposer à l'océan, à la montée des eaux fluviales, aux épisodes cycloniques tropicaux.

Les climatosceptiques de la première heure, ceux qui leur donnent désormais l'accolade auraient tout intérêt à pérenniser leur modèle de production actuel, de l'optimiser, à des fins de luttes sans merci contre l'évolution catastrophique du climat.

 

MÉGALOMANIE / UNE THÉRAPIE EXISTE / RELÈVE  DE LA THÉRAPIE MENTALE

 

Ils évoquent une guerre, une lutte sans merci contre un ennemi qu'ils  n'auraient jamais provoqué : la Nature et ses éléments, en en faisant ainsi un véritable défi, un challenge, la preuve par quatre d'une nation surpuissante, conduite par des mégalomaniaques qui le seraient tout autant, désormais enorgueillis et capables d'affronter les forces de la terre ; en sorte, de super héros !  

Mr TRUMP en est ! Il influence  un certain nombre de Nations, cette disposition et ces attitudes sont suicidaires, profondément injuste à l'égard des pays et des nations moins  riches et directement exposées aux risques  de catastrophes, des entités étatiques qui en surcroît ne s'avèrent aucunement acteurs responsables  du réchauffement climatique global.

Aujourd'hui, nous penchons bien au-delà des scénarios les plus pessimistes pour annoncer  des moyennes mondiales  autour  de l'Accident Climatique Majeur, soit 10 ) C de hausse des températures : un cataclysme planétaire, la fin de notre civilisation, la disparition de peuples entiers, car  s'il s'agit de moyennes,  actons déjà les extrêmes : 50 - 55 - 60 ° C ne constituent aucune vue de l'esprit, demeure raisonnable, eût égard à l'inertie anthropique d'une grille de civilisation hautement destructrice, d'une part et, d'autre part, en considérant l'effet domino, les rétro-actions ou feed-back  terrifiants des  causes et des effets d'un ensemble de systèmes et d'équilibres entièrement bouleversés ou détruits.

 

ATTENTION  CHEFS D'ETAT

A MÉDITER

 

http://www.leparisien.fr/LE LIEN environnement/rechauffement-climatique-pourquoi-il-faut-craindre-les-pires-scenarios-21-09-2019-8157093.php