Marche_pour_le_climat

 

 

 

TRUMPMANIA 

OU 

AIR-POCALYPSE

 

La mine réjouie et le sourire en banane, les milliards  affluent sur les  comptes publics, depuis la source des impôts prélevés,  de l'argent en majeure partie  volé !  Les niches fiscales exultent.  On  a encore rincé, secoué les poches des  pauvres ! On castagne dans les rues les manifestants  venus pour évoquer l'urgence  climatique, on les gaze de près, " en groupe, en ligue, en procession "  ...  On ratiboise,  côté  pôle emploi et Unedic,  les allocations de chômage déjà si précaires. Devenir chômeur vaut descente aux enfers, être  parias... Il y a dans les rues  autant voire davantage de sans-abri et de réfugiés amassés  sous les ponts, sous la tente, à l'approche de l'hiver ! Quelques immeubles de luxe, des tours infernales sortent de terre, végétalisées pour la galerie et le point de vue aérien ! C'est à la mode, l'univers vertical reprend du galon, la connerie loge  au dernier étage ...

Des accords  financiers  et commerciaux sont incessamment signés. On limoge dans les banques à populaces quand on recrute experts  pour les établissements très bancaires  dévolus aux cadres et chefs d'entreprises de haut niveau. On y brasse lourd, du gros, sans odeur, même si l'oseille pue : on prend, sans thésauriser !  L'Euro à le vent en poupe. Les lois  caracolent  sur le dos de Pauvre Martin, de Mr  et Mme Gilet Jaune qui défilent courbés. Tout baigne  qui ressort de l'éphémère, de l'immédiat, des bénéfices de l'argent placé, exploité, retiré des bourses à la retraite.

On infantilise, on dresse Lambda quasiment avec le poing, le doigt annulaire  pointé vers l'accusé,  à l'instar  des officiers SS qui jadis mâtaient la rébellion, la révolte, la résistance  légitime des maquisards. L'état pactisait avec le Nazisme ! Sans commentaire, mais une forfaiture établie...

... " Vous nous avez votés, alors : fermez vos gueules  et filez  droit, bien en ordre de marche, rentrez dans le moule, suivez le code barre et la norme, sans broncher ; vous n'êtes qu'une étiquette ou de ces rebelles à passer à tabac ".

Les salaires n'augmenteront pas, le temps de travail  atteindra des hausses et des valeurs féodales. Vous ne prendrez vos retraites qu'une fois usés, essorés, vidés, tellement éprouvés que vous ne vous apercevrez plus des ponctions  opérées sur vos titres de pensions raccourcis.

" On a déjà gelé la pension de reversion ! Toujours ça de pris sur les minables et les feignasses chenues "

Ces gens-là sont des rapides. Promptement formés,  qui dévalisent et  qui justifient en aréopages leurs prélèvements, pour le bien être des comptes publics et des équilibres. Ils ne traînent pas. Ils réforment à tout va, non  pour le qualitatif du cadre et du genre de vie mais pour la monnaie qu'ils soustraient et soutirent.

Gageons que s'ils  faisaient preuve d'autant d'empressement à la faveur de la lutte contre les dérèglements climatiques, nous n'en serions certes  pas à ce stade déplorable d'un retard européen patent et ostentatoire, pointé du doigt.

Quant à  la culture, cela ne les branche pas outre mesure ; ils délèguent, habilement ! Faut jouer au loto la réhabilitation du patrimoine ; l'état ne lâchera rien !

Chez les mégalomaniaques, on préfère opter pour l'adaptation aux climats déréglés ou le conflit frontal et bas contre les hydres naturelles révoltées. Les foudres de guerres, acquis à la  "  trumpmania ", à la " Bolsonaromania ", en sortiront enorgueillis. Vainqueurs ravis dont  les mondes asservis  ne laissent plus de  cirer les pompes  des dominants, de faire bien en vue  des accolades ridicules !... Miettes ou con-descendance obligent.

Paradoxe de la société fondée sur les termes des échanges commerciaux très  douteux,  qui affectent le cours de l'humanité toute entière ; sous le couvert des déclarations d'intentions, des effets de communications sans lendemain, sur fonds de rapts et d'asservissement aux rouages  dépassés d'un modèle d'organisation et de production économiques incontrôlables,

les dirigeants actuels valident leur totale incapacité à endiguer les causes et les effets de ces dérèglements  qu'ils déclenchent et maintiennent chaque jour, selon leurs propres intérêts et logiques, ceux des lobbies, sans aucune perspective d'avenir apaisante et durable, enfin propre et digne du génie humain aujourd'hui dévoyé, bafoué ; un génie expert - comptable, à outrance

Greta THUNBERG 

 

B. Pivot, M. Onfray ne savent plus comment exister dans le vaste consert des sciences de la vie et de la Terre ; propos lamentables, consternants à l'égard de la jeune militante pour le climat. Nous les pensions autrement, un peu plus haut

Quant à B. Poirson, qu'elle ravale un  orgueil mal placé que le rang, hélas!  lui inspire et dicte. Il est  question d'un message aux visées planétaires et non d'un réglement de comptes  tristement politicien de bas étage. Elle en fait une affaire de personne quand il s'agit bien de l'avenir de l'humanité. Des propos à reculons !

 

Lanceur d'alertes, témoin, future adulte et au premier chef  concernée, impliquée est sur la bonne voie. Souhaitons - lui plus d'audience et un ralliement mondial suscepible de rallier les politiques  à la cause des jeunes et des experts !

Seuls les termes du message, leurs portées, leur potentiel de vérité, leur valence novatrice et innovante comptent et importent à nos yeux, dans pareils états  d'urgences planétaires et humaines

!

 

CORSICA...GO56

LA CHRONIQUE - IN - SURRECTION

_________________________________________________________