ENSEMBLE_UN_MOMENT_FORT_

 Rare vision, rencontre, au-dessus des flots, à l'intime et à l'instantané d'une  migration saisonnière. En être l'hôte, juste toléré, sans que le vol de l'essaim eût été dévié, perturbé. Allégorie au dernier envol, avant le coup inhumain,  tiré à bout-portant

 

***

Je les vis,  de très loin, qui se détachaient sur la mer. Ainsi du motif qui me poussa à voguer là-bas, plus au large. Nous y faisons régulièrement de  sublimes rencontres.

J'aurai quelques instants partagé, croisé le vol majestueux de ces ramiers. Ils remontaient le Levant, semblaient emprunter les rues de nuages  que le vent traçait  sur l'azur profond  du golfe.

L'oiseau de tête menait le groupe. Un essaim sublime que je cueilli du regard, fasciné, ému, profondément attristé en entendant les lointains et le maquis  résonner de multiples  coups de chevrotines !

Consternation, dégoût, révolte ! Entre la glu, les filets, la chevrotine, à l'acmé de la fatigue qui les affecte après tant de distance parcourue : comment et pourquoi abattre ces merveilleuses créatures, ces messagers du Ciel, maculer le Ciel de sang ? 

Que l'on puisse laisser ces nobles migrateurs, ces oiseaux magnifiques réussir et combler   leur quête d'espace et de sagesse, accomplir de si beaux desseins de vie et de diversité, honorer  notre Île, une providentielle escale  ...

Regardons-les, désormais, ensemble et, laissons - les vivre leur aventure, la liberté, l'immensurable éther, la couvée sereine au coeur  des forêts, des sous-bois.

Le vol puissant, ils se nombrent et voyagent sans jamais se séparer ; fidèle l'un à l'autre, le couple finit  par engendrer la vie.

Ne cherchaient-ils pas vers les coteaux, sur les hauts versants des massifs ces havres de paix où relâcher, se remettre  d'une longue migration parsemée d'embûches, d'imprévue. Le temps était au vent de terre,  poussant vers le large une multitude de petits moutons.

Je fus, oui, quelques instants, comme eux,  ailé, les yeux dans les yeux, soucieux de ralentir ma course sur les flots afin de ne point perturber leur trajectoire parfaitement définie, programmée, enfin aboutie.

Ils touchèrent un peu plus au vent  Terre puis, s'en retournèrent, autour de nous, comme un salut, une marque de reconnaissance et de gratitude pour  qui,  jamais,  n'eût osé devant le Ciel,  abattre et soustraire l'un d'eux au présent, à la possibilité pacifique d'une Île 

!

- MARIN - 

Rencontre avec  nos Compagnons d'aventures 

Un grand merci  à " Emmila " pour ces clichés saisis au vol ! Nous sommes loin de la triste  réalité des chevrotines

L_ESSAIM__DE_PIGEONS_VOYAGEURS_

 

______________________________________________________________________________