LEVANTE_RUES_DE_NUAGES_CORSE_

 

Loin du paraître, de la vitrine, de l'éphémère, de la prégnance du reflet artificiel ou numérique : s'extasier, s'extraire de soi et transhumer, tout là-haut, à tire-d'aile ! Dix - harmonies précieuses à saisir à la voile, comme un  gage de liberté imprescriptible.

Comme une estampe, une fenêtre de ciel où continuent  de s'ébattre l'enfance, la candeur, l'émerveillement

!

 

 

L'Île de CORSE

" KALLISTÊ, CYRNOS, CURSICHELLA "

 

nous réserve des surprises. Il convient de regarder, d'observer attentivement le ciel et le cours des métamorphoses dont il détient pour un temps les secrets.

Là où de  sales menées  n'impactent pas encore l'étant, ce qui fut et qui aura été intouché, épargné jusqu'à nos jours ...

Que le ciel et la terre composent ! Sacre de la lumière.

On évoque ces vents oragraphiques que les reliefs diffusent de part et d'autre d'une Île fabuleuse, comme un parfum de prose et de poésie.

Des rues de nuages courent au-dessus des flots, des montagnes, d'Est en Ouest ! Oui, une image, certes, quelque peu galvaudée, qui écorcherait l'évocation, l'imaginaire des saisons, de la ronde cosmique d'un merveilleux vaisseau. Et pourtant, voilà  un mot, si bien approprié. Mais des rouleaux  de nuages enivrant les prairies de l'azur !  Qu'en serait-il ? 

Les volutes s'enroulent,   filent dans le ciel, sous le vent emportées, emmenées,  qui tracent de longs  et de profonds corridors ouatés.

Nues bourgeonnantes, qui ne donneront, hélas ! pas de pluies, du moins à l'avant d'un système météorologique complexe, incertain, perclus de dérèglements indésirables. Entre basses couches et très haute altitude, le ciel délire, imagine, crée ; sursis, derniers sursauts où l'esthétique et l'amour convolent...

Nous sommes en marge d'un contexte lourdement dépressionnaire, à la périphérie  d'un puissant enroulement de masses d'air conflictuelles dont la vigueur frappe durement  les  contrées méridionales de l'Hexagone.

 

Aucun modèle ne saurait se substituer à la lecture et à l'interprétaion ancestrale, immémoriale des ciels ! Et c'est mieux ainsi... Aller à leur rencontre, voguer, oser, relater, se fondre : quels horizons, quelle éternité partageons-nous avec les oiseaux.

Puissè-je, derrière  moi, offrir  à la mémoire des vagues  le parfum des mots, des images, d'une pensée en mer !  L'énigme ne se résout-elle pas  au bout de la  route

!

- MARIN - 

A Terre

IMMUABLES_HARMONIES_

Cieux  Insulaires et Rues de Nuages par LEVANTE sur le Grand-Sud Ouest de l'Île de CORSE

Photos / " EMMILA

_______________________________________________________________