GAGEURES OU RÉALITÉS 

 

 

La météorologie nationale ne s'attarde pas sur le temps qui sévit  en  Corse, ( sécheresse dans le Sud de l'Île )  ! Clichés, chaleurs tenaces, soleil, plages, lieux communs ont la vie dure, comme les cartes postales de nos pauvres ânes désoeuvrés, qui s'ennuient à mourir ... 

Les situations extrêmes ou particulièrement marquées, étendues à toute l'Europe, sont régulièrement évoquées, sur le trajet de l'Île. Le reste du temps, il est trop hasardeux de se risquer à quelques prévisions qui tiennent la route plus d'un jour et, encore... La prévision et la modélisation Pétaflopiques s'avèrent  corsées, comme le café ! On ne s'avance point ou alors, vaguement, de très loin, notamment en  cet inter-saisons qui n'en finit plus de stagner ! 

Observez bien les bulletins, les tendances, les prévisions : la Corse n'existe pas, trop décalée vers l'Est. Certaines cartes  télévisées l'évincent, la tronquent... Il faut dire que côtés précipitations, les modèles  débloquent sérieusement, du Sud de l'Île, - surtout -, vers le Nord et, encore, selon l'exposition Ouest  ou Est de l'Île.

Il y a  comme une importante remise en cause à entreprendre ! La Météorologie se doit d'être totalement insulaire, eût égard aux influences géographiques et à moult  paramètres dont voici un court  survol ...

LA DONNE AURA COMPLETEMENT CHANGE 

L'AVENIR LE CONFIRMERA

 

- Les impacts des masses d'air mondialement modifiées, des fronts d'un autre type, une évolution désormais complexe des systèmes en jeu ; on ne lâche pas des milliards de tonnes de CO2 sans répercussions  en quelques domaines de la vie de l'atmosphère ( à prouver ) !  Une donnée qui  n'est toujours pas intégrée dans la mémoire pétaflopique ! 

- Les reliefs  et l'exposition des côtes aux vents, aux fronts météorologiques ;  - La Corse et la position  des Grands Centres Permanents Météorologiques  habituels satisfaisant au climat dit tempéré ; 

Les influences des masses d'air périphériques et les situations de bordures anticycloniques saisonnières, devenues anormalement durables ; 

- Les contextes de blocages atmosphériques d'altitude et la circulation des masses d'air en basses couches ne laissant que peu d'alternatives ; 

- Les très fortes interférences  qui se produisent entre un ensemble denses de facteurs insulaires et la nouvelle  donne en Méditerranée : Fetch, régimes de vents locaux et de brises, exposition marquée aux remontée d'air chaud en provenance du Maghreb ; 

- La proximité et le surgissement de dépression à plusieurs coeurs chauds qui surviennent  en Méditerranée, une mer qui devient de plus en plus chaude, à l'orée de l'hiver calendaire ; 

- Le trajet de plus en plus Nord des flux de secteurs Sud-Ouest à Ouest en provenance du Proche-Atlantique ; 

 

La liste pourrait indéfiniment s'allonger, gagner en précisions mais, à noter, cette propension  à l'erreur  davantage marquée, aux décalages, aux écarts selon  les prévisions. Des prévisions qui changent systématiquement toutes les 8 heures, avec en primes, de sérieuses approximations pour le lendemain même ! 

L'observation des systèmes nuageux en place, au jour le jour, constitue une source précieuse d'information. L'essentiel  de la station Météo d'antan suffit amplement :  Anémomètre - girouette - Thermomètre - Hygromètre /  Baromètre - Éléments d'Ephémérides - Pluviomètre - Cartes synoptiques, voici un ensemble bien plus performant, localement, du moins pour ce qui concerne l'Île de Corse, pour réduire tous les écarts numériques actuels aux prévisions. La Météo du Cours de Navigation des Glénans faisait jadis des merveilles, persiste ! Allez-y, il y a tant à glaner ... 

A REVOIR      TOTALEMENT LA COPIE NUMÉRIQUE  CORSE     SVP / SURTOUT POUR CE QUI CONCERNE LE NOUVEAU RÉGIME DE PLUIES ET DE FORMATION DES HOULES EN RAPPORT AVEC LES VENTS DE SECTEURS  NORD-OUEST  ET SUD-OUEST DU BASSIN MÉDITERRANÉEN OCCIDENTAL

 

A SUIVRE 

SINDIBAD LE MARIN 

 

______________________________________________________________