FLAMANDS_ROSES__ESCALE_INSULAIRE_01_

 Photos / Emmila 

Nous remercions Corse Net Info,  pour son information et  qui nous aura  guidés vers ces lieux pourtant si proches, si près des  flamands roses

***

ESCALE__DES_FLAMANDS_ROSES_02_

 

 Fascinant, troublant Peuple Migrateur, ambassadeur de la vie, de la diversité sans frontières ! Leçons de choses, plus haut et plus grand que tout ; ils sont de l'harmonie et du silence des ciels prodigues, scellent un pacte, une alliance dont nous aurons été, comme tolérés, invités, peut-être ...

 

Une journée qui  aurait marqué l'étiage de la grande lagune. Elle n'aura jamais autant manqué  d'eau. Asséchée, laissant apparaître un large estran et des déchets incrustés  dans la jonchaie,  tels sont les signes irréfragables d'une canicule estivale et d'une longue période de sécheresse, de marasme. Comment la vie aquatique peut-elle encore se maintenir, se perpétuer  en pareilles circonstances ?

Un épais tapis d'algues séchées, entassées,  esquisse  quelques horizons de lacs africains. Ces berges  où la mangrove règne et rayonne ;  luminances  chatoyantes que la forêt vierge offre au regard du photographe. Mais il lui faut baisser l'objectif, éviter le câble, le pylône, le mur hideux de parpaings, les gravats jetés sur le sol sans scrupules, les sources de pollutions visuelles ...! 

Nous sommes bien sur l'Île de Corse. Le temps des migrations est venu. Les flamands roses,  comme d'autres nobles voyageurs  au long cours, font ici une escale providentielle.

Entre un repos bien mérité et la recherche de rivages lacustres où se restaurer, les flamands survolent les flots, les baies,  se détachent sur le bleu intense de la mer. Féeries d'automne ! 

Telle une allégorie à la Longue Route, au voyage, à la traversée océanique : ils relâchent. Quelle sera la durée de cet aparté insulaire ?  Ont-ils d'autres rendez-vous  à satisfaire ? 

Un sixième sens trace  et  fixe le bon cap. Est-ce  là l'expression du puissant   " Mana " qui désormais les guide en direction des contrées africaines plus chaudes, plus humides, authentiques ?

Auront-ils de quoi se régénérer, reprendre forces et énergies, avant que de s'élancer à nouveau, ensemble, par dizaines au-dessus de la Grande Bleue ? Instants d'émotions ; on y côtoie une numineuse   vérité. 

Je les regarde, posés sur leur reflet de ciel. Ces nuages ouatinés que la surface de l'eau figée  réfléchit telle une image onirique. Comme si un  miracle en avait doublé le nombre, ils vont, immobiles,  au gré du friselis de l'eau !  

Les flamands dorment, s'éveillent  un court instant puis se réfugient sous leur aile, se soustrayant un bref moment à la lumière intense du jour. Ils  sont paisibles, partagent les lieux  avec de majestueux hérons cendrés, de si belles aigrettes garzettes, un ensemble de petits limicoles affairés, de fins pêcheurs ! 

L'heure semble s'être arrêtée. Les nuages veillent. Leur ombre portée dissémine sur la psyché liquide de splendides contrastes. Le temps est voyageur malgré l'étale perpétuelle de l'étendue d'eau. Les pluies se font attendre. La mer n'emprunte plus le grau. La vie souffre ; stigmates ! Le bitume a envahi les abords naturels et souverains d'une réserve encombrée. Le cordon littoral disparaît sous le béton, suffoque et s'en plaint,  de toutes parts ! 

Reviendront-ils, un jour ?  Alors  que l'anthropocène cupide  bouleverse le sublime, l'ineffable désordre des  choses vraies ? 

Nous en comptâmes quarante, qui  reposaient comme perchés  sur l'eau, s'éveillant aux mêmes accords de la quiétude, se laissant aller aux langueurs d'un jour gris ponctué d'espérances, n'affectant aucune fébrilité.

Il se savaient,  encore,  de passage, mus  par une soif inextinguible de renouveau. Un sursis  qu'ils souhaitaient solennel, régénérant. Combien de desseins se devaient-ils d'honorer avant de prendre un long envol ?  donneront-ils à leurs ailes assez d'attentes, engrangeront-ils sur la terre assez de palpitations, de souffle et de portance pour aimer, louer le Ciel. Ainsi du silence, de la légèreté, de la vie en rose des flamands qui nous émeuvent.

Ils sont bagués ; cela me rassure. D'aucuns veillent sur eux et les protègent. Ce sont des oiseaux, comme tous les oiseaux, des créatures qui veulent vivre comme tout être aux mondes. Entre volonté et liberté : nulle illusion, juste le temps d'une prière aux ciels de Toussaint 

 

!

- MARIN - 

Rencontre avec nos Compagnons d'Aventure 

Vous pouvez télé-charger ces Photos, Mademoiselle, vous qui  avez tant apprécié ces instants, en cette halte insulaire automnale

 

SUR_LEUR_NUAGE_OUATINE_

 

_______________________________________________________________