ARBRE_NO_L_DURABLE_EXTERIEUR_

 

Une humble création, comme un sapin de Noël  en bois flottés qui arrive à point nommé, en ce mois de l'Avent. Décembre en eut ainsi décidé, un jour,  jadis, afin que le rêve attise à toujours les foyers de l'enfance que nous portons en nous ! Rien n'aurait donc changé ! 

Parents, à vos outils, étonnez vos enfants. Il est des bois qui  sommeillent et qui s'entent aux berges des souvenirs. Allons, ensemble, "  à la Recherche  du Temps Perdu ", remontons les torrents d'altitude, regagnons les hautes futaies.

!

 

 Vers la Musique converge  le film d'une vie ! Quelle Voix ... 

L'allégorie sera de circonstance, un peu plus près du ciel, de l'étoile qu'un sapin caresse la Nuit de Noël sans le sang

!

La magie de Noël opère,  à un an comme  à 100 ! Qui traverse les siècles, enjambe allégrement  le gué des saisons, des années ; providentielle  remembrance, perpétuelle alchimie où le mystère et le sacré se donnent  la main à l'horizon ! 

D'entre les  plus beaux marchés de Noël que nos terroirs abondent et les  artisans  inventifs qui restent à l'écoute des fêtes, Père-Noël  adornera encore sa hotte de cadeaux indéfiniment magiciens.

Que  ne ravissaient-ils jamais assez, antan,  nos aînés, nos parents  et aïeux qui se perdent dans le dédale multiséculaire de tout ce qui fut et qui engendre,  à tout jamais ! 

Le jouet en bois fascine. Sobre et si attachant  à la fois, il suscite curiosité, émerveillement. Une révélation de l'au-delà de la mémoire commune qui veille, qui brasille,  à l'intime de soi. Une attention partagée et  si chaleureuse  comble  l'arbre symbolique et onirique  que l'on conçoit, auquel on croit  

Dépouillé, la ligne pure,  noble par les essences qu'il réunit, le voici, pensé par Geppetto, le menuisier,  pour le petit être de nos contes :  Pinocchio.

Fabuleuses histoires,  lointains Noëls que nous connûmes dès les plus jeunes âges, empilant, emboîtant aux  gré des  jeux de constructions tant de pièces chaudes et colorées qui  menaient aux châteaux, aux chalets  enchantés ... Petits trains et camions de bois à tirer  dans le jardin prenaient le relais des ans, en route vers un imaginaire tellement  fécond.

A cette occasion, je reviens. Je partage un arbre à part, une présence  dont on ne se passerait plus.  La solitude, le manque ne l'évinceraient point ! Qui  veillera dehors, au froid,  sur la nuit de Noël, sans cadeaux à offrir aux petits Enfants.

Il a été conçu  à l'épreuve du vent et de la pluie. Des passereaux certainement le visiteront  au petit  jour, aiguisant leur petit bec en signe  de joie et d'alliance, lorsque le soleil de midi exaltera les ocres  du bois flottés et les azurs crus du solstice d'hiver insulaire, voyageant du zénith  vers le nadir !

Afin de rehausser l'inclination très nature et marine de ce sapin, ajoutons quelques perles de cristal océaniques et perses. Réchauffons-le un peu.

Nous y avons suspendu de petites guirlandes, des fleurs de verre aux pétales  dépolis ramassés  en bord de mer. Ainsi   de nos émaux, de nos vitraux, de ces richesses qui ne se monnaient guère ; plain-ciel !  

Les petits accessoires rapportés, - De la pomme de pin maritime aux noeuds de pin  laricciu, les ronds de chêne liège, l'étoile de fers rouillés,  les  guirlandes en  chanvre et  en bois de racines torses, etc -,  Tous ces  motifs  ont été trouvés en musant  le long du rivage, des berges de nos  cours d'eau ; offrandes  que  la mer et les torrents charrient et déposent sur le sable en guises de présents inestimables.

Enfin,  épargner des centaines de milliers de sapins qui termineront Noël à la poubelle, brûlés, jetés par terre dans les rues ou abandonnés après avoir participé à la liesse  des enfants et des adultes assouvis  de  cadeaux. 

Les forêts brûlent tout autour des Mondes asséchés ! Autant de Sapins de Noël que l'on doit épargner et  replanter partout  où le déficit d'arbres sévit. Certains valent préciosités végétales rares !  Pourquoi les couper et les jeter, parvenus qu'ils sont devenus à l'acmé  de leur superbe  ? ...

Je l'ai souhaité  ainsi,  à titre d'exemple, avec ses douze branches de pins et de bois des torrents d'altitude. Des essences très corsées, musquées. Une treizième  ramure vient clore le récit de Noël, que l'on attribuera au 13 ème Apôtre ... ! 

Quant à l'étoile du berger, les fers  auront bercé quelques  petites âmes sommeillant de longs hivers sur ces lits métalliques qui meublaient il y a bien longtemps nos masures et nos maisons de pierres !  

Une pensée, également, à la Pastorale des Santons de Provence ... On n'y  saigne ni l'agneau ni le cabri ! Le meunier se donne corps et âme et le miracle ressuscite son chien tant aimé, l'âne et le boeuf  bordent le " Petit ",  le réchauffent de leur  souffle chaud  ! Et le berger des hommes trace la voie pour demain. Les Santons  de Provence se découvrent, habités de l'esprit sain ...

Dieu que nous sommes  loin de la crèche, quel fossé  avons - nous creusé ? fonts  de larmes  ! 

Noël sera ici et  encore une fois frugal, végétal, sucré, éthéré mais ô grand jamais  rouge sang ! Il est  des myriades de petits arbres, de petites vies  qui saignent de toute leur sève, sitôt décapitéesn déracinées. 

Un Noël silencieux, que l'absence recueille, réfugie. Noël,  de pain et de vin,  comme un songe Novalis, une étoile, un poème Hölderlin, Aragon, une  chanson Jean  Ferrat !  

En leur vérité de passeurs,  entre Terre et Ciel,  au nom des  liens qui relient  les hommes de bonnes volonté à leurs points chauds, laissons  croître, se multiplier les sapins, les arbres " Terrapeutiques " qui ramènent l'eau tel un songe Jean Giono ...

Qu'ils  mûrissent et grandissent très haut vers les cimes et nous protègent de la sécheresse des coeurs, avant  qu'elle ne frappe le quotidien d'un commerce implacable et gigantesque voué aux ordures, aux rejets aux aveugles profits 

- MARIN -

La Mer et le Bois Flotté 

 

__________________________________________________________