LE_CIRQUE_MINERAL_

"  C’est une sphère infinie dont le centre est partoutla circonférence nulle part " 

Blaise PASCAL 

Les Pensées

Le regard n'eût jamais suffi à circonscrire les longs bras de la terre ouverts au large, à la mer  du vent fort, à l'hiver qui s'engouffre en  saupoudrant d'étoiles les Îles  et les golfes  de la Grande Bleue. 

Vaste cirque minéral où  mouvements et figements déclinent, un à un, les scènes d'un théâtre antique à ciels ouverts.

J'évolue, porté  sur un  tapis  de mousse et d'écume.  Guises satinées  de souvenirs, à l'instantané d'une vague qui passe, d'une rencontre et de son voile d'embruns féerique.

Les bourrasques s'emparent de la baie. Je suis aussitôt dépassé ; le corps ne suit plus, ahane. Aurais-je recours à quelques sursauts ou rappels de jeunesse qui me permettraient alors d'étaler les fort coup de vent à venir, impitoyables  ? Le temps passe, le temps presse et n'attend plus ! Le terme de la route approche. La chute se profile à l'horizon d'un penser visionnaire...

Mais je garde, j'entretiens précieusement l'opportunité, la possibilité de croiser encore, Eau-Delà des côtes. Allants solitaires qui vont  à vau l'eau des ruisseaux, des torrents et des graux enfin  libérés.

De tous mes sens, en esprit, j'embrasse  ce que la nature compose et recrée quand elle demeure  et s'exprime loin  des artifices, des clichés, des cartes postales, de l'insane occupation ! 

Tout éclot, comme l'harmonie. Tout résonne tel l'harmonique au  coeur de  la partition ;  saines alliances dont je partage ici le mystère, l'étrange et fascinante alchimie d'un récit silencieux.

Au vent des bourrasques, à l'entour   des écueils,  fait-il toujours aussi froid ? Que je demeure, la tête  dans  les étoiles, où qu'elles fussent. La pluie des Géminides s'annonce en essaims, si loin de nous et, pourtant  déjà,  si proches ...

Je ne saurai les manquer !  Qu'elles réchauffent la nuit, la longue veille, l'attente et le quart  du solitaire que les flots prennent et rendent on ne sait pourquoi ni où.

Avant qu'il ne parte et ne s'élance à toujours vers  le point de non retour, le point de rencontre,  le Point Omega, tous les points chauds de la vie, il relate, évoque comme une hypothèse, une illusion dont le Choeur est partout 

- MARIN - 

Le Bout de la Route

 

MANTEAU__D_ECUME_

 

_______________________________________________________