GRECALE___CORSICA_ISLAND_

Tramuntana, Grecale, Levante,   Sciroccu 

sont les principaux vents  qui  touchent les côtes  orientales de l'Île de Corse. Ils cumulent de multiples caractéristiques et  surtout  font l'objet de  signes que l'on apprend  très vite  à distinguer, à  exploiter. Encore faut-il que le climat demeure et affiche de solides et  durables constantes ; ce qui ne semble plus être le cas...

 

La profonde dépression méditerranéenne   " GLORIA "  aura occasionné un vrai Grecale Corse ; de la pluie et du vent emmenés  en basse couche dans une masse d'air froide.

Il en est résulté de conséquentes chutes de neige en montagne et, en mer, une houle établie de secteur ENE,  formée... Un temps gris et bas, très pluvieux qui nous ramène à ces lointaines décades du siècle dernier ... 

" A la recherche du temps perdu "

retrouvons les  sites littoraux  inhabités et  totalement sauvages  de l'Île de Corse. Les vents oscillaient, basculaient, comblaient la Rose des marins et surtout des adeptes des nouvelles pratiques de glisse. Qu'il vente, pleuve ou neige, nous sortions, nous allions à l'eau et soulignions les beaux dessins des vagues de la côte orientale de l'Île. Les plages résistaient encore aux assauts des marées de coups de vent et des houles nourries de la mer thyreniènne.

De nos jours, rares se font ces épisodes caractéristiques  du climat méditerranéen, avec  leurs  lots  de variantes surprenantes et mesurées.

Mais ce jour, l'Île fit l'objet de plusieurs vigilances météorologiques :  pluies, vents, neige, avalanche, inondations. Les orages manquèrent  à l'appel de cette fresque  hivernale ! 

Il  faisait  froid dans le coeur et la grisaille. La mer grondait plus que  d'habitude. L'aventure, pourtant, n'affectionne ni l'habitude et encore moins le  confort ...

Je ne me suis  point mis  à l'eau et ne saurais vous dire le pourquoi de ce renoncement qui n'augure rien de bon, de positif, de rassurant  !... D'entre le climat qui fout le camp, les forêts dévastées, les glaciers à la dérive, les incendies meurtriers, les canicules et les sécheresses meurtrières, les inondations colossales, la déforestation massive, la perte de nos repères,  le massacre de la condition animale, le cours de la pauvreté et de l'exploitation insupportable  de l'homme par l'homme  j'eus très  mal aux mondes en grandes souffrances, à l'exil sans plus aucun royaume qui vaille le don de la vie. La beauté coudoie désormais la forfaiture et la trahison qui puent  et qui se répandent tel le chancre mondialisé

- MARIN - 

A Terre 

 

_______________________________________________