LIBRE OPINION 

 

NOUS NE SOMMES NI FACEBOOK  NI RÉSEAUX SOCIAUX

!  

Ainsi et par définition, nous n'avons donc  aucun  " amis  ". Et pour causes, aucun Waverider ou si peu  déposent sur notre espace le moindre commentaire... C'est l'usage,  insulaire ! 

Il est cependant  facile de s'abonner au Blog, à la Newsletter, c'est indiqué : suivre donc  la démarche si  vous le souhaitez

!

Mais nous avons des centaines de milliers de visiteurs et le Million de Pages vues . Vous êtes plus de 100.000 à l'année à ouvrir l'une de ses pages dédiées à notre Île de Corse, à ce joyau de Nature que l'irresponsabilité et l'incurrie tristement bureaucratique continuent de bétonner, de polluer, d'ignorer   à tout va !  La Corse  se vit sur le terrain et non depuis les salons en vogues. Qui l'aime ne souhaite pas assister, impuissants, à son travestissement, à cette uniformisation épidémique  et contagieuse

!

La crise  des déchets est majeure ! L'industrie de l'agro-alimentaire  se porte bien en  persévérant dans la filière plastique... angoissantes et redoutables perspectives d'avenir lorsque l'on appréhende les chiffres de l'émission des déchets ménagers et industriels, en été, sur la période des vacances. La Corse  est-elle prête à les traiter ?  Les politiques nationales participent-elles à hauteur  de la fréquentation  à la résolution de ces problèmes récurrents, en situations d'acuitisation permanente ? 

L'état laisse-t-il la CDC seule face au fléau, à la crise  des déchets insulaires émanant des locaux  et de la saison touristique dans  son ensemble ? Qu'attendre, espérer comme aide majeure, innovations ? 

Nous tentons de survoler l'actualité dont tous les éléments de la réalité et du quotidien, quels que soient les milieux et secteurs  considérés, sont interdépendants et interpénétrés, inter connectés.

La Nature et le Développement durable totalement intégré  aux paysages insulaires constituent notre Credo d'avenir. Nous y croyons et incitons les décideurs à poursuivre, aller  toujours plus loin dans cette voix prolifique et sage.

Ne jamais contrer les éléments, le relief, la géographie physique littorale et terrestre mais,  composer, laisser faire la nature, lui redonner de l'espace, l'aider à recouvrer ses  anciennes limites et aires  d'influences, à l'instar des  cordons dunaires, des plages, des zones humides,  des forêts à reboiser après chaque incendie, etc ... 

Nous devons coûte que coûte valider des stratégies environnementales de premiers plans ayant valeurs d'exemples ! Nous disposons d'un fabuleux jardin ; ne le détruisons, ne le défigurons pas ! 

Ce que nous découvrons, voyons, déplorons dépasse la raison, l'entendement, le bon sens, notamment en ce qui concerne l'industrie, le bâtiment industriel et commercial, les hangars agricoles, les dépôts de  matériaux de construction,  qui de partout, avec les publicités géantes défigurent notre Terre et engendrent des pollutions visuelles  horribles, inacceptables.

Que souhaitons nous  ? Faire que se côtoient la beauté de nos sites et les hideurs, les miasmes et les  verrues du tout béton et agglomérés, sur fonds de gigantesques structures métalliques sorties de terre, jamais végétalisées, totalement inadaptées à notre pays, territoires, usages ! 

De la mer, l'Île de Corse a bien changé ! Des habitations, des parkings empiètent toujours sur le domaines des plages, réduisant celles-ci  à la portion congrue, vouées à disparaître  au fil des coups de mer Est / Ouest...

Selon les collectivités, de gros progrès, de belles réalisations à visées écologiques, vertes, propres et durables voient le jour, ce qui est plus que rassurant ! Mais combien de sujets restent sur la table, empilés, jamais ouverts ni traités, tellement préjudiciables au devenir de notre environnement insulaire exceptionnel.

La gangrène  se propage rapidement, les alentours  des communes sont enlaidis, salement et saturés d'unités de distribution  n'affectant aucun souci d'intégration

!

Que chaque commune s'inscrive dans un projet commun de réhabilitation de nos espaces naturels, de développement  totalement intégré à la Terre de Corse, à l'Île de Corse, du secteur  du tourisme à l'industrialisation galopante et anarchique actuelle, en passant par  les devoirs civiques de la propriété privée.

La Corse ne peut se permettre  plusieurs vitesses de développement donc inexorablement, pour  certains secteurs, de poursuivre  au coeur du sous-développement.

La Corse n'est pas une Terre à tâcher, défigurer, occuper  sans garanties ni  préoccupations et volonté drastiques  d'intégrer les activités humaines aux somptueux cadres marins et montagneux qui sont les nôtres.

Tout ceci, et la liste ne laisserait plus de décliner les secteurs aujourd'hui impactés, constitue ce que nous dénommons le

PNC et C, le PACTE NATUREL CORSE  et COMMUNAL

Un vrai PACTE NATUREL CORSE où toute volonté, tout projet se  doit d'être assorti d'un cahier des charges drastique, de conditions de réalisations claires et propres, éminemment durables, parfaitement intégrés au milieu d'accueil, soit : 

La Ville, la Commune, la Ruralité, la Montagne, le Réseau des cours d'eaux dans leur  intégralité et nombre,  le Littoral et l'espace littoral  à reconsidérer au regard des menaces que font peser les éléments naturels et l'actuelle urbanisation de la bande littorale corse, etc ! ...

Du pain sur la planche ! L'enjeu est colossal mais les défis sont exaltants ... Donnons de l'envergure à notre Île de Corse, offrons-lui  un beau dessein, réhabilitons ses espaces nature qui ont trop soufferts.

L'Ecologie, au sens noble du terme ne peut être que politique et individuelle,  rejoindre le Pacte Social. L'individu et le politique sont  désormais

ÉCO - LOGIQUE  / ÉCO-RESPONSABLE

L'avenir du futur  en dépend

!

A SUIVRE 

Anton ' Pasquinu d'OTA 

Pour 

CORSICA...GO56

Per a Nostra Terra