ALTOCUMULUS_SIGNE_DE_VENTS_VIOLENTS_CORSE_CIARA_

2 Signes avant-coureurs de Vents  Violents / Tempêtes  " CIARA " et, ci-dessous, Tempête " HERVE ".

Côtes Orientales de l'Île de CORSE,  avec des points de rupture thermiques, de puissants dévalements des vents de vallées, etc ! ...

Données Météo / Signes du Ciel / Observations / Évolution Climatiques concourent à de justes appréciations des phénomènes à redouter ; de là, bien se préparer  en Amont, déclencher tous les moyens  destinés à parer au pire des scénarios.

***

 

MONSIEUR LE PRÉFET DE CORSE 

C'est  avec  une grande colère et beaucoup de  tristesse,  depuis les flots de la Grande Bleue,  que je déplore les conséquences de votre gestion de la situation Météorologico-climatique qui affecte  et frappe durement notre Île de Corse,  ses forêts  et ses joyaux, les populations, la biodiversité  endémique.

Des centaines d'hommes, au péril de leur vie,  luttent contre les multiples incendies allumés sur l'Île et dont les causes se multiplient, sévissent  tragiquement, criminelles pour certaines ! 

Nous vous avons  adressé, via le Web,  avec les moyens de diffusions qui sont les nôtres,  bien des recommandations de prudence, de vigilance, de surveillance et de traques systématiques,  avant  les BMS et Avis de Tempêtes émis par Météo-France Corse,  relatifs aux probabilités  maximales de sinistres à venir   dus aux vents violents et aux risques incendies associés ! 

L'incendie de Bavedda, hélas ! couvait et, la pugnacité valeureuse  de nos Sapeurs Pompiers  n'est certainement pas  en cause ! 

Vous n'en auriez  certes pas  assez tenu compte, hélas ! Nous constatons aujourd'hui  les résultats  catastrophiques d'une mauvaise appréciation des risques. Nous requerrions en pareils épisodes  durables  de vents, la VIGILANCE  ROUGE aux vents Violents / Incendies, sur tout  le Territoire de l'Île de Corse,  notamment  sur les versants orientaux de  l'île. Une précaution qui ne confine guère  à la largesse inconsidérée, à l'extrapolation outrancière et disproportionnée, vous en conviendrez ; faisons le bilan ! 

 A titre d'exemple et pour cette triste boutade, un seul signe de nos ciels embrasés au couchant, ces  gyres de vent  polies en haute altitude eussent  suffi à caractériser les  2 violentes Tempêtes, ces anomalies  météorologiques majeures qui viennent de balayer notre Île  en une seule semaine, avec une acuité sans précédent.

Biens des facteurs, des paramètres d'ordre  climatique, météorologique, orographique et  synoptique nous ont justement conduit, outre notre expérience de la mer et des éléments naturels,  à vous interpeller, à deux reprises, depuis l'épisode " HERVÉ  " et l'incendie catastrophique qui a  défiguré  pour des décennies  le somptueux et prestigieux massif de BAVELLA

Pourquoi ne pas avoir  activé la

VIGILANCE ROUGE   INCENDIES / VENTS VIOLENTS 

2_JOURS_AVANT__TEMPETE__HERVE___GRAND_SUD_CORSE_

 

 

Nous ne versons jamais, comme d'aucuns le prétendent avec irresponsabilité et  totale inconnaissance des nouveaux phénomènes météorologiques qui nous frappent en toute saisons, dans le registre  et le couple  "  tragédie-catastrophisme "  ! Notre Île est désormais  exposée, fragilisée. Elle se trouve à la confluence d'influences  connexes dégradées, interdépendantes que l'on ne peut ignorer .

Nous aurions vu et observé  de nombreux écobuages,   avant les deux tempêtes, malgré les  interdictions préfectorales ! Les contrevenants ont - ils  été  verbalisés, rappelés durement à l'ordre, mis au  courant de ces  dangers  ? Non, nous semble-t-il, d'autant que  des voitures de Gendarmerie sillonnaient les routes sans s'y arrêter ... Qui protège - t - on  ? Comment accepter cela ? Jusqu'où aller ?  

Le terrible feu de Bavella ne pouvait  être entièrement traité ; trop de raisons en explique la ténacité ! Il couve et couvera longtemps comme tous les autres.

VIGILANCE ROUGE 

 

aurait très certainement permis le déploiement de moyens de surveillance et de prévention, de sécurisation, de veille et de traques généralisées, depuis  l'échelon communal aux plus grands niveaux d'organisation et des collectivités territoriales de notre Île.

Le bilan est très lourd, s'alourdira encore et,  combien  tous les " Soldats du feu " sont désormais exposés.

Sachez, Mr le Préfet de Corse, que  220 Km / h de vent de secteur  Sud-Ouest à Ouest-Sud-Ouest - surtout  -,  n'est pas un ennemi que l'on traite et vainc   une fois parti  en guerre avec le feu  contre la terre, les hommes,  quels que soient les dispositifs de luttes et les matériels utilisés sur les fronts des flammes.

Les Incendies, le risque Incendies majeurs, se traitent en amont, plusieurs jours avant, sur chaque  terrain sensible. Une surveillance diurne et nocturne de tous les instants s'impose, outre toutes les données informatives requises et d'usages que  vos  services diffusent.

Tous les dispositifs de luttes et d'interventions étant  bien sûr pré-établis et opérationnels immédiatement.

Notre Terre de Corse n'est pas la France, mais une ÎLE, à part, située sur la route des grands vents dominants de la Grande Bleue. Toutes  les manifestations des éléments déchaînés y  sont exacerbées par de forts dénivelés occasionnant des dévalements, des vents dits orographiques, catabatiques insoupçonnés.

Les Modèles Météo nous paraissent très souvent décalés, affectent de très gros écarts aux prévisions qui relèvent  de nouveaux  extrêmes. Les valeurs de vent moyens  montrent  une élévation constante, remarquable et  généralisée à l'ensemble de l'Île,  mais il apparaît également  que les rafales deviennent de plus en plus puissantes, répétées, notamment sous le vent  de l'île, côtes Est / Ouest, selon  le secteur  Est ou Ouest du vent dominant.

Mr le Préfet

 VIGILANCE  ROUGE VENTS VIOLENTS // INCENDIES 

 

n'est pas un luxe, un caprice, une exagération que  le " catastrophisme "  explique ! La catastrophe  se déroule depuis plus d'une semaine sous nos yeux ! Nous sommes et vous êtes désormais impuissants ; quant à nous, nous ne pouvons rien faire d'autre que vous alerter, requérir un peu de sagesse et surtout d'objectivité face à un contexte d'ensemble dégradé où  tous les paramètres Météorologiques, géographiques, climatiques, spécifiques de l'Insularité se liguent et se juxtaposent pour engendrer de terribles agressions contre nos cadres et milieux de vie 

En espérant que vous trouverez dans cette lettre, -  ce message, cet appel  qui  vous sont adressés, - l'expression de notre colère, de notre sincérité, de nos expériences des pratiques extrêmes,  de notre soutien inconditionnel  à toutes celles et ceux qui luttent contre les flammes sur le terrain périlleux, jours et nuits.

Enfin, n'y aurait-il pas  matières à amples réflexions sur le sujet épineux, difficile et délicat de la SURVEILLANCE en Amont,

de l'activation de l'Alerte et  de la Vigilance qui conviennent, à savoir  un dispositif de veille permanente appelant à  de meilleurs résultats.

Le vent va souffler encore  très fort cette  nuit  et demain en altitude, aux débouchés des vallées orientales ! Ces tempêtes Corses vont récidiver. Les sols en surface   souffriront  de déficits hydriques prématurés. L'hiver aura été trop doux.

La Vigilance Rouge est un niveau, une disposition d'ensemble complexe  à travailler, explorer, adapter selon les territoires et les conditions. Ne jamais présumer, Mr le Préfet,  de la force des éléments  et des réactions en chaînes  qu'ils déclenchent, pour le pire.

Mr le Préfet,  la mise à feu criminelle est un acte de guerre ; il peut relever  aussi de la pathologie ... Sommes - nous pour autant démunis face à la fatalité ?  Non, jamais  ! 

Alors,  " qui peut le plus, peut le moins " dit l'adage et, à très juste titre ! " A l'impssible, nul n'est - il pas tenu ? " L'impossible étant le feu déjà déclaré et furieux, affolé par les vents violents ; La 

VIGILANCE ORANGE DEVIENT CADUQUE  et ne saurait s'aligner  sur celles émises en d'autres circonstances  moins délicates.

Nous vous attendrons sur les terrains de la SURVEILLANCE en Amont des BMS Grand-Frais à Tempête, avec la Vigilance Rouge qui  s'impose désormais en de telles configurations radicales.

L'Île de Corse  n'est pas une contrée de l'Australie. Les hommes et le matériels ne peuvent prétendre lutter à armes égales contre le vent violent embrasé et sans aucune  limite. Attention à la journée de Vendredi, certes moins menaçante mais potentiellement dangereuse, de quoi  expérimenter un dispositif sécuritaire amont.

 

A LA TERRE DE CORSE QUE NOUS AIMONS TOUTES ET TOUS 

 

Aux Sapeurs Pompiers et Forestiers, à toutes les unités qui luttent contre les vents violents, l'enfer, les brasiers,  les incendies

A nos massifs, nos torrents, nos forêts, nos merveilleux arbres qui auront connus nos Anciens

PER A NOSTRA  TERRA

 

CORSICA...GO56

 

_____________________________________________________