VAGUE__SUBMERSION__HORS_NORME__TEMP_TE__OUEST__JANV_2014__CORSE_

 

Nous n'aurions, en plus de 30 ans, jamais observé pareille onde et vague  de submersion, dans l'Extrême-Sud de l'Île de Corse. Elle submergea le littoral, pénétra le maquis. Une série  de 3 ou 4 vagues. Le vent souffla sur tout le bassin méditerranéen, depuis Gibraltar et au Nord, le Golfe  du Lion.

Basses Pressions, Fort Gradient, Pluies - Inondation, Vents Violents, Vaste Fetch, Configurations du Trait de Côtes, Effets Combo, ( Juxtaposition des houles Primaire et Secondaire de secteurs différents ), forts Grains au Large, etc ! 

Un Cocktail explosif aux effets et aux répercussions sans fin sur le milieu ; applicables à toutes les TYPES DE VIGILANCES

***

 

 

L'ACCEPTION -    FEU  / TEMPÊTE / PLUIES -INONDATIONS   - VAGUES SUBMERSION

 

HORS NORMES

 

Elle pourrait prêter à confusion, faire l'objet d'un accaparement de la part des modèles, de la statistique uniformisatrice et excessivement ciblée, de l'usage outrancier du chiffre et des moyennes susceptibles de nous éloigner de la réalité.

Si en effet, l'on déclare un feu hors norme, ne faut-il pas en amont lui adapter la VIGILANCE HORS NORME qui convient et à partir de là, mettre tout en oeuvre afin qu'aucune mise à feu ne se produise : accidentelle ou criminelle, anthropique ou non.

C'est là un préalable qui nous dispense de toute tergiversations et de polémiques stériles.

Si l'on utilise à bon escient cette éventualité très préoccupante de nos jours, qu'on l'assortisse de travaux de recherches et d'expérimenation optimisant le travail  au sol  et aériens des professionnels du feu, alors oui,  nous allons dans le bon sens ! Encore faut-il que le Politique, le décideur suive et  consente à valider ces avancées, à notre sens bien en avance sur les lenteurs et les pesanteurs administratives et de la bureaucratiques centralisées.

HORS NORMES / UNE EXTRAPOLATION 

 

En  effet, évoquer le caractère Hors - Normes d'un phénomène, quel qu'il soit, qui plus est d'ordre météorologique-climatique, c'est poser d'emblée la possibilité qu'il  juxtapose et additionne des éléments connexes ou directement liés à une réaction en chaîne.

A ce stade, encore, la prudence, le manque de données imposent la prudence, l'humilité,  un brin de sagesse  conduisant les pôles décisionnels à recourir aux dispositifs de sécurité et de prévention maximales, outre les moyens de lutte mis en oeuvre et mobilisés pour la circonstance pour y parvenir.

On ne peut se permettre d'agir et de décider en cours d'épisodes catastrophiques hors - normes, sachant que des vies sont potentiellement en danger, exposées, à évacuer. Il est souvent bien trop tard pour se battre sur tous les fronts.

La lutte contre un " monstre " atmosphérique, - Ouragan, cyclones, typhons, Médicane hors normes -, ne sera jamais à armes égales. La virulence de ces derniers, depuis quelques années plus particulièrement confine et protège  plus qu'lle engage au combat.

 

LA NATURE  DU TERRAIN  LES RELIEFS L'EXPOSITION DU CADRE DE VIE AUX CATASTROPHES NATURELLES

LES NÉGLIGENCES DE LA MODERNITÉ

 

A ce niveau, on relève un ensemble de facteurs aggravants, imprévisibles, non maîtrisables. A cela, plusieurs raisons et causes qui relèvent davantage de la négligence que de la préparation.

Le Terrain naturel, les forts dénivelés, le relief de vallée, l'exposition  de celui-ci  situé au  vent et / ou  sous le vent dominant conditionne non seulement l'échelle d'intensité à attribuera au phénomène en cours mais plus particulièrement les probabilités d'une lutte perdue d'avance.

Nos campagnes, nos versants, nos forêts,  les alentours de nos agglomérations, du hameau à la ville ne sont plus traités et entretenus comme  avant. Il en est de même de tous les cours d'eau de montagne et de la plaine.

Nous devons bien admettre que la prudence, la sagesse, le soin de la terre manquent à nos jours, à notre époque et contribue à exacerber les effets de ces incidents météorologiques et climatiques de plus en plus nombreux et intenses...

 

LE DIKTAT  DES CHIFFRES

 

Sombrer dans les excès, la surexploitation des investigations et de  la rigueur du chiffre, du numérique, de l'informatique, de la recherche mathématique systématique constituerait une grave erreur.

Rien ne saurait détrôner l'Observation attentive, la saisie d'indices irréfragables que l'expérience et nos rapports aux mondes entretiennent sur le terrain et dans le milieu naturels. L'évidence ne confine ni  à l'approximation, ni aux penchants partisans des fruits de celle-ci ou à l'intuition. Ces dispositions revêtent plus que jamais une importance capitale ; elles devraient non seulement conforter  les hypothèses mais traiter rapidement et à égalité d'importance  au plus près et au plus pressé des causes de l'aggravations des accidents de parcours que nous rencontrons. Questions de démarches, de stratégies concertées mais aussi et, hélas ! de chapelles et de leaderships indésirables.

A l'instar de la lutte contre le virus actuel qui affole le monde, le collectif chercheurs, ingénieurs, hommes de terrains, décideurs et politiques, connaissance et acquis - apports des Anciens sont incontournables et indispensables  face aux extrêmes climatiques et autres que nous subissons, dans la durée ou temporairement, avec leurs lots de  tragiques conséquences.

CONCLUSION PARTIELLE

 

L'objet de cette réflexion pose les principes de la réaction en chaînes, de la cause de sinistres aux effets multiples et aggravés de ces-derniers. Cela devrait nous conduire à envisager le pire pour mieux traiter la norme. Et si un contexte hors - norme est en prévision, imminent, sachons en amont décréter la Vigilance rouge spécifique, circonstanciée, sachant  ce que l'on peut attendre de ces manifestations dépassant très largement le cadre météorologique habituel.

Nous seront de plus en plus souvent confrontés et exposés aux  faits Hors-Normes ; ne tergiversons plus sur le niveau d'alerte et mettons-y tous les moyens disponibles et à acquérir  face aux dérèglements climatiques récurrents, fréquents, diversifiés, étendus, tellement virulents et, disons-le

HORS -NORMES

 

____________________________________