FEU__VENTILEGNA_SUD_DE_CORSE_

 

ICI 

 

Plus de 700 Hectares auront été  dévastés  par les flammes ; pour une grande part, la zone réserve en paie le prix fort ! Désolation, une forêt de pins magnifiques s'en est allée. Depuis plusieus années, la noirceur, le charbon, les parasites et les ordures régnent. Zone morte !... Aucun reboisement de la part des responsables  pourtant connus ... Telle une fatalité, là où  se déchaînent les vents violents. Tout aurait  pu être évités ! L'incurie semble tenace et s'obstine.

***

Nous sommes opiniâtres  et ne lâchons pas le morceau ! Quand il s'agit de la Nature, de l'Environnement exceptionnel de l'Île de Corse, du savoir-vivre et être, du civisme éco-responsable, nous avons et nourrissons l'inspiration positive. D'aucuns auront vite conclu  à la vue de l'esprit non étayée scientifiquement ou sans le recul nécessaire qui eût satisfait à la démarche statistique et numérique en vogue, sempiternelles références ayant précipité en définitive les mondes là où nous sommes aujourd'hui, confinés, de plus en plus nombreux à dévaster, à piller  cadre et milieu de vie.

Nous trouvons successivement  et graduellement les

VIGILANCES MÉTÉOROLOGIQUES SUIVANTES 

 

- PLUIES  / INONDATIONS

- VENTS  VIOLENTS 

- ORAGES 

- AVALANCHES 

- NEIGE / VERGLAS 

-  GRAND FROID 

-  VAGUES DE SUBMERSION 

 

Une liste  non exhaustive, qui couvre pourtant un large panel de risques potentiels liés  aux conditions météorologiques et climatiques actuelles. Nous déplorons hélas qu'une Vigilance 

VENTS VIOLENTS / INCENDIES 

N'ait toujours pas été créée, pensée, argumenté, justifiée, organisée, au vus des terribles épisodes  qui touchent plus particulièrement certains territoires, départements et régions exposés à ces derniers de façons récurrentes, saisonnières, voir tout au long de l'année.

Des exceptions telles l'Île de Corse, de part son éloignement  de la métropole, la  géographie physique et humaine, ces forts dénivelés et  domaines inaccessibles, son exposition complexe aux vents dominants et régionaux violents justifient que l'on s'y attarde très sérieusement. Ne pas lésiner  avec les moyens et les objectifs, les outils de traitements de l'information...

L'incendie témoigne de causes multiples  et c'est à partir de ce constat qu'il importe de le traiter comme tel, avec les moyens qui s'imposent et qui répondent à l'évolution de nos  conditions météorologiques  et climatiques actuelles, extrêmes, à venir ! Quelles sont - elles, pour les principales et  les  plus fréquentes 

?  

 

- Le feu accidentel /  La foudre

- Le feu déclenché accidentellement / Un verre loupe, un indice  maximal d'ensoleillement et de température ambiante durable

- Le feu accidentel  d'origine humaine / Écobuage non maîtrisé,  interdiction enfreinte  à l'approche d'un vent frais, d'un BMS vent fort, d'un avis de tempête

- Le feu d'origine criminelle  / Mise à feu répétées, successives

- L'incivisme et la négligence, l'irresponsabilité  /  Barbecue - Mégots jetés par les fenêtres, au sol, en pleine nature, dans les ordures

Etc 

MÉTÉOROLOGIE   / FEUX  DE FORÊTS

 

Considérons le fait irréfragable et évident  relatif à la propagation fulgurante du feu en période de vent fort, de BMS météo, notamment en terrains périlleux et accidentés, dans des zones exposant des villages  disséminés en  montagnes, proches des forêts, cernés de maquis.

Nous constatons  que les conditions météorologiques dégradées, aggravées et l'incendie, quelle qu'en soit la cause, réagissent de façon simultanée. Il est souvent bien trop tard pour agir et stopper l'embrasement général qui conduit  au désastre écologique, aux drames humains ! 

UNE ÉVIDENCE  UNE LOGIQUE DE LUTTE  OPTIMISÉE

Nous voulons démonter  que la prévision météorologique ne peut ignorer le danger potentiel que représente l'établissement d'un BMS  Grand - Frais à Violente  Tempête.

Qu'à l'instar des avalanches, les dénivelés  doivent être intégrés. Que  les températures subissant les effets aggravants du relief constituent également une source  très sérieuse de propagation des feux par sautes successives de ceux - ci et assèchement de sols, de la  frondaison.

Que le risque météorologique ne peut être dissocié de l'incendie plus que probable, au regard des causes visées ci-dessus,  d'un ensemble de facteurs et de paramètres mis en synergies catastrophiques.

Gageons et actons qu'une Vigilance appropriée  couplant  le Risque Incendie et l'échelle Beaufort des  vents soit en mesure de déployer tous les moyens amont - aval, en temps et sur zones, destinés à dissuader la mise à feu, quelle qu'elle soit, à lutter  pendant, en pleine possessions de tous les moyens  disponibles et après, lorsqu'il s'agit de fixer et de traiter au plus vite le territoire incendié et dévasté par les flammes.

A BON ENTENDEURS  AUX DÉCIDEURS DE L'ETAT

Nous mettons en ligne cette réflexion. Le principe directeur acquis constituerait une  réelle avancée, notamment pour ce qui concerne l'efficacité et la promptitude d'une logistique concertée et plus large, adaptée  au plus près des spécificités de notre Île : Orographie, milieux accidentés, puissants effets de Föehn,  vents locaux et dominants tendant à devenir violents, aux épisodes répétés, couplés à de très gros incendies.

Notre Île court de réels dangers. A l'instar de l'Australie, au regard de la hausse moyenne des températures, des situations de blocages météorologiques distillant si peu de pluies sur de très longues périodes, oeuvrant pour le meilleur et non pour le pire. 70 % de la lutte contre les incendies seront traités en amont, lors d'une vigilance - surveillance et traque drastiques sur le terrain, assorties de toutes les interdictions d'errer entre Massifs et zones remarquables exposées.

 

- Contribution pour une meilleure gestion des situations de crises d'ordre météorologique et climatique en Corse  - 

 

- MARIN  -

 

___________________________________________