CHINE_VUES_NASA__FEV_2020_COVID_19

 

 

OPPORTUNITÉ VITALE 

 

L'atmosphère planétaire  connaîtra  un répit tout relatif mais sensible, laissant aux populations le soin d'apprécier les effets d'une croissance plus raisonnable. Cela revient  à passer au tout vélo pendant  2 à 3 mois, dans une grande ville. Nous serions agréablement surpris. Mais le progrès demeure sale ! Les impératifs de l'argent demeurent, sans appels, quoiqu'il advienne

...

 

Les clichés de la NASA ont parlé ! Vue de l'esapce, le ciel de la Chine nous apparaît comme rincé, lavé. La chape, le nuage jaune aurait  comme disparu, du moins, au Nord ! Mais faut-il  nourrir des raisons de douter ?  Pourquoi pareil  nuage n'apparaît-il que sur le Nord du territoire ? 

Un virus terrasse l'une des plus puissantes économies du Monde ... La preuve par quatre est donc établie. Les émissions  de GES de cet immense pays impacte durement l'atmosphère, à l'instar des grands pôles régionaux européens de l'Ouest, de l'Est,  les Amériques, l'Indonésie, l'Île - Continent qui  continue de brûler ...

Une leçon, un constat évident, une exhortation à la mesure et à la sobriété planétaire ; la croissance n'est plus le credo  viable de la civilisation.

La croissance ne saurait devenir  une fatalité, un impératif boursier et financier, une exclusive intouchable   commandant  aux destinées de la planète. 

Si elle fut le  comburant principal d'un système  économique vorace, incontrôlable, incapable de gérer les dépassements suicidaires qu'il  engendre et génère à l'encontre même de celles et de ceux qu'il est sensé servir, elle ne peut demeurer la panacée, la logique et le principe tutélaires de l'organisation des hommes, de l'épuisement de toutes les ressources de la Terre.

Ces clichés dévoilent enfin l'ampleur  des dégâts causés par une sur-activité et une  sur-exploitation du capital planétaire. Les émissions et les rejets suivent, outre les  vannes que le Permafrost ouvre à volonté, au diapason du réchauffement global et exponentiel que connaissent plus particulièrement certaines régions du globe ( les Pôles - la Haute-Montagne )

Nous pourrions entrevoir  justement des périodes de  " jeune "  de ce type, en alternances, suivant les continents ou les grands blocs économiques et industriels, laissant à l'atmosphère le temps de  se régénérer !

Nous pourrions  considérer et acter le fait que les 3 / 4 de la population vivent sous le seuil de pauvreté, de salubrité, de santé et de confort minimum

D'autre part, il est grand d'entrevoir une démarche et une stratégie concertées,  destinées à repenser  nos rapports aux mondes, à initier une approche holistique de tous les problèmes recensés émergeant sur Terre  depuis l'emballement avéré et indiscutable  du climat.

Que la théorie des systèmes, la cybernétique reprennent du service en qualité d'outils, de prospective éclairée et vérifiée.

Il y a désormais obligation de résultats. Nous ne pouvons nous permettre de tâtonner, de survoler les problèmes, d'en nier l'importance et l'urgence, les rétro-actions et les effets cocktails provoqués par un secteur d'activité sur-dimensionné, impitoyable, éperdument aveugle.

 

A SUIVRE 

 

_______________________________________________