L___AGHJA_CORSA__BALAGNA_

 

L'action est une épiphanie de l'être. Si la grâce nous prend et nous refait par le fond de l'être, c'est pour que notre action tout entière s'en ressente et en soit illuminée "

 Maritain, Human. intégr / 1936, p. 313

 

Que s'ente à  la dérive poétique de l'amer ces accents de dénégations que la voile libre emporte aux confins de la liberté.

Que je sois en cet instant l'hôte des hautes vagues qui ceignent d'azur et de blancheur le choeur des îles meurtries et des brisants. Le cours du temps rudoie, y mélancholise nos solitudes alliées.

Une île, une âme à la mer, quelle différence ? Amour et liberté convolent comme au temps de la Nouvelle. Sublime épiphanie  dont  j'aurai tant aimé souligner ici - bas les horizons apaisés, vaguement fidèle et si  vrai.

Il y a dans l'envol onirique, ce regain de mots, de pensées rebelles renversant la tristesse  des jours sans, de ces heures arrêtées que blessent à l'envi, à outrance, le sang et les ordures de l'histoire en marche !

Et de ne jamais être le mouton du troupeau que l'on mène à l'abattoir, au mouroir. L'Un - soumis, malgré lui, emprunte les arches de l'écriture, laissant quelques humbles empreintes, hautes par le dessein, évanescentes et diaphanes dans la mémoire tourmentée de la mer et de  Vieil Océan,  des Travailleurs de la Mer ! 

Et dans ce monde vil qui va et qui sombre inexorablement, qu'il me soit encore et ainsi  possible de rêver en plein jour, de vaguer à l'âme d'une île en partance, unique, chargée de ces milliers de maux que l'aventure draine  et abîme dans le faisceau nitescent des messagères  fluides ...

Amies(s) voyageurs, marins  au long cours de la Lyre, de  mer -  océans,  que l'éternelle épiphanie sous le vent des îles, au vent de l'espoir, irradie l'écume des  jours ivres de  bleu

 

-  MARIN - 

Alpha Lyrae 

 EN COURS 

__________________________________________