LE_VIRUS_PLASTIQUE__DES_OCEANS_

AVEC KAY LENNY  

 

 

CONTAMINATION 

VIRUS PLASTIQUE 2020

 

Un petit Film Documentaire  à voir, très bien monté,  à diffuser, à partager. Des images édifiantes. Tristes reflets d'un rouage et de sa chaîne  que les politiques graissent à l'envi !

  A envoyer  aux grands économistes-financiers, aux  donneurs de leçons, aux sur-producteurs de matières  plastiques en marche qui prolifèrent  et perdurent à l'encontre du développement durable. 

L'opinion, les expéditions  se mobilisent, ramassent, montent  aux créneaux, alertent. Adressons le fruit de nos collectes aux gouvernements, lançons une pétition mondiale contre la production des emballages  plastiques à usage quotidien  destinés aux poubelles saturées, aux déchets comme à la sur-production, à tous les circuits de la distribution, du commerce de détail inter-planétaire qui se gave sans limites.

Un système dangereux, suicidaire qui réalise des profits colossaux à partir de la fragmentation et de la multiplication  à l'infini des emballages, des doses, donc  de la mécanique du profit. Une stratégie permettant de répercuter de façon  exponentielle la plus - value, d'élever  la valeur ajoutée  inhérente à tous les produits de consommation courante et de nécessité voir de confort. Marchés obligent ! Les bourses spéculent. Les banques engrangent. Le Virus a encore de beaux jours,  une 'inertie  intacte...

N'oublions  pas de mentionner l'univers collatéral du plastique, -  mousses  polyuréthanes, polypropilène expansé et  autres polymères issus de la pétro-chimie -, les innombrables filets perdus en mer, les micro-billes plastiques, résidus broyés et polis, réduits à l'invisible.

Quant à la masse  colossale de déchets rejetés, acheminés en mer, par les fleuves d'Asie et d'Afrique, chaque année,

Le  laisser-faire et aller de l'état  en matière de suivi de tous les cours d'eau nationaux -  via les communes -  engage et impacte  la qualité des apports fluviatiles. De tels  drains menent  les déchets plastiques vers le littoral. La situation ne cesse  de s'aggraver.

Le pari est colossal ! Nous  ne pourrons venir à bout de ce fléau tant que les politiques en amont laissent libre-cours à une telle production et prolifération  de matières plastiques et dérivés. Une manne dont ils tirent profit en feignant de s'en occuper.

Mais portons ministres  et secrétaires d'état au coeur  du terrain et munissons - les de masques, de sacs, plusieurs jours, au soleil mordant de l'été,  le long des sentiers sinueux et interminables qui jalonnent  les côtes envahies et maculées de déchets.

L'enjeu majeur est éco-logique, économique donc éminemment politique. La réponse est  donc au premier chef politique, devant ainsi donner le bon exemple, avant que d'être épaulée à l'individuel, au-delà du tri sélectif.

A l'heure de cette tragique pandémie COVID - 19

n'oublions jamais que le PLASTIQUE  est le  VIRUS de la Mer et des Océans, des Fleuves, des Rivières et des Lacs, de la Pluie dit-on aujourd'hui, sans oublier l'alimentation  qui en est contaminée, infectée, jusqu'à l'homme.

Que les Politiques étatiques perpétuent l'usage des pesticides - herbicides - engrais chimiques, à très grande échelle-, qu'ils souillent ainsi aux portes de l'habitat durable les eaux  des nappes, des ruisseaux qui vont à la mer,  qu'ils  fragilisent et tuent les insectes et les oiseaux, qu'ils impactent au  nom de l'économie et des lois du marché et de l'argent la Biodiversité

 

________________________________________________