PONANT__CORSE__EXTR_ME___SUD__TEMP_TE__3

 

INEXORABLE    BALLANT 

 

Dans le ballant de la mer du vent,  halant le Ponant, avant que la houle ne se  forme et  vienne à la côte  briser,

je sillonne, hôte solitaire, le labyrinthe d'une   tempête lumineuse et hiémale. Apothéose ! 

Les vagues se dressent aux pieds des  tombants de granite porphyroïde. L'eau et le feu se défient, engendrent !

Au grès des lames  vaincues, de la réflexion qu'elles subissent, un nuage d'embruns s'élève, solennel, envoûtant  ; Des  filandres écumeux  délirent  dans les  albâtres d'une  fresque  onirique, intemporelle.

Mercurielle, la Grande Mer  s'éploie, s'ouvre à ses vantaux béant à  l'infini. Les lieux consacrent  les éléments. Ils se rejoignent dans  le tumulte  des  barres rocheuses impavides, cyclopéennes. Les Titans opèrent dans l'immensurable dédale des mythes !

Insignifiance que ces  ébats coudoyant  l'extra-vagance d'une gestuelle que l'on recouvre à l'orée  des vestiges...

Février  délivre ses coups de temps comme un avril  renaît à ses  généreuses giboulées. Les flots pétillent, bruissent. Chatoyants moirages ! L'ombre portée d'une présence  s'évade.

Ainsi des champs de la Grande Bleue que les bras de la Terre insulaire  enchâssent. L'euphonique litanie  alors nous étreint...

Ivresses marines, invites océanes au plus grand des voyages. La Rose des Vents odore la valse  inextinguible des quatre saisons. Trans-humons   autour du soleil solsticial. 

 Un voile diaphane survole les  flots, atténue la  redoutable silhouette  des abrupts. Clair-obscur angoissant. L'instant vire  au mirage des lointains spleenétiques. L'empilement des blocs colossaux  et les crêtes innombrables  accentuent le moutonnement  dense  des azurs. Les nuées des ciels nous ont rejoints.

Je glisse à grande vitesse. La planche qui me porte souligne l'orbe d'un vertige bipolaire.  Ma petite  aile étale de violentes  bourrasques.  Les plus fortes lames dénudent  la roche, la diluvient  dans un ravissement de cascade, de poudreuse.

Je ressens l'immémoriale  oscillation  des eaux tempétueuses et de la vie. L'onde tonne. La masse des eaux scande le bourdon des marins  légendaires

!

 

-  MARIN - 

Tempêtes et Grosses Vagues 

1 ère Écriture le 17 Avril 2020  /  En cours 

TEMP_TE__DIANA_GRAND_SUD_CORSE___STAGNOLU__CPP65

 

_______________________________________