SANS_DOUTE_120__130_KMH___TEMP_TE_CORSE_3

 

 

 

Un  grand champ  écumeux 

vers le ciel  se noie

Une aile  épouse  les fanons lanugineux 

de la mer  en émoi 

 

Le  vent nordit   

et les vagues se veloutent 

et s'arc-boutent 

quand il  fraîchit 

 

L'azur poudroie

la moire s'irise 

Quelle volonté  en moi

s'ente aux  desseins de la bise

 

Évanescents  diaphanes

vont les songes ultramarins

Ivresse   océane

et de nous  pèlerins

 

Je suis du voyage 

l'hôte des vents violents

et des grains blancs

Eau-Delà des mirages

 

A ces pensées d'un amer 

sombre la folie 

Paréidolie 

dont je vécus  l'enfer

!

 

- MARIN - 

A Bord de l' Acédie

 

POEME_EN_IMMERSION__VENTS_VIOLENTS_

 

_________________________________________