DELIVRANCE_

" ... Mais il est une porte simple, sans verrou, ni loquet
Tout au fond du couloir tout à l’opposé du cadran
La porte qui conduit hors de toi
Personne ne la pousse jamais. "
YVAN GOLL (1891~1950)
Les Portes / Extraits 
(Les Cercles Magiques ; Éditions Falaize, Paris 1951)

 

 

 

 

 

Vieillir  jeune 

Que je fasse mien ce  fabuleux  oxymore

Me tenir    enfin      en un profond recès 

où  les vagues vert-de-grisées

d'un commun accord   battent  la chamade

droit dans le soleil solsticial 

des îles et des rêves

 

J'y comblerais l'onde insensée  des sens

que le frisson de la découverte 

génère en chemin

Aux vantaux des sentiments      des jeunes idées  

ô  années -lumières 

je me pencherais 

pour  contempler le dénuement 

de la vérité 

et renaître  humble     aux Mondes délivrés 

 

A ces battements d'ailes pacifiques

dont on eût décelé 

quelque allégorie en partance

Au pérennel  retour des choses

en toute métamorphose

que je me livre

sans frein

 

Hors de moi les liens noueux   de la durée

quand il n'est plus aucun point d'appui  

ni de cap  porteur 

Entre la fuite et la hauteur

 veille la chute

l'absurde - finalité 

du métal  jauni

 

Mais de reprendre l'amble 

du vol migratoire

le   pouls de l'Océan 

Vibrer au souffle de l'évent 

encensant sans faim  

l'Azur

dont je suis et procède 

de toute éternité

 

!

-  MARIN - 

Poème de l'Intranquillité 

1 ère Écriture  le 29 Juillet 2020 

2 ème Ecriture le 18 Octobre 2020

 

___________________________________