TRANSES__LUCIDES_

Comme un rendez-vous avec la beauté des Îles vierges, une promesse !
Qu'importe la gestuelle, l'éphémère paraître, l'artifice  quand l'eau de roche translucide fulgure l'instant, sublime ainsi le réel  et la solitude !
Au gré des vents hybrides, anormalement chauds, d'entre la griserie
de la voile libre  et l'attente lascive, prendre le temps d'évoquer à la source les harmoniques d'un jour qui vague et qui muse, allant  au diapason  de la longue traîne marine.
Laissons la rime et l'image ampoulées pour le poème de la Mer,  uniment !
Le Puffin Cendré croisa à plusieurs reprise ma route en effleurant les flots puis,  surgit au vent de mon aile et s'attarda comme pour me saluer, graver les traits d'un visage familier ...
Les vagues et la roche grondèrent, tonnèrent. Inflorescence des eaux  en camaïeux, constellées de moires pétillantes, cailloutées d'îlots et d'écueils ; puissants alcools !
J'ai remonté le lit azuré des vents. Je vis la Grande Mer changer de robes au fil des heures.
Je sus au premier regard que les conditions de navigations ne seraient guère optimales, trop capricieuses,  pour me livrer avec aisance à quelques vaines acrobaties de prime jeunesse  ! En aurais-je eu les forces, l'énergie ?  Les années passent, lourdement grevées  ...
Je décidai alors de voyager à bord d'un sublime convoi de houles croisées. Les pointes et  les caps exposés  ne les  destinent-ils  aux rivages,  aux jeux d'une perpétuelle enfance qui en révélerait innocemment les sublimités  ?
Ainsi de l'éternel printemps de la mer...
Il y eut foule de vagues ;  secrètes, soudaines, inattendues,  si différentes, plus ou moins dangereuses. Toute la difficulté résida en quelques  hypothétiques points de rencontre, hasardeuses relances
.
- MARIN - 
Pensées en Mer 
En guise  de brouillon dégueulasse 

ET___VA___NAISSANT_

_______________________________