MESSAGE_

 

 

 

Que je m'en remette au pays imaginaire

En  mon âme-océan 

sombre l'éphémère 

au terme rendu  du néant 

 

Et de n'être à jamais  qu' à l'image du  temps  

en  renaissant aux mondes 

loin de la bête immonde 

poussière  dans le vent

 

J'habite maints rivages 

que la mer aura marqués 

Au loin  un mirage 

 s'en est emparés 

 

Je ne suis  plus seul 

et  pourtant     en moi    tant d'entités 

de toute éternité 

 déjà m'esseulent 

 

Des rêves que la vie attendait 

je n'en retiens  que les  pans  amènes

Il est des ombres qui s'entent à la haine 

comme aux liens à toujours  brisés    

 

A ce corps  défendant qui capitule 

à l'inconscient que j'aurai tant  hélé

à la mémoire que cernent  les champs ondoyés 

à la pensée d'un amour qui  brûle

 

Que je vous dise le message d'une voile 

Que la mort n'est rien 

Que le   grand départ    attise  le feu  des étoiles 

C'est  la foi  qui revient

 

- MARIN - 

- ÉNIGME - 

Une toute première écriture que mes Petits  Enfants liront,   à l'endroit où auront essaimé dans le vent mes poussières de vies éternelles 

Parce qu'en dépit de la privation, de l'absence, du manque, j'aurai vécu ici-bas, avec eux, dans le coeur, en laissant de profonds sillages sur  la mer de l'intranquillité

Je les emporte avec moi, ailleurs, loin du mensonge, vers ces chemins de lumière, guises de vérité. Le tribut  reste sans appel, le prix fort à payer afin de ne pas   souiller  l'âme

Un Grand- Père

à ses Petits Enfants séquestrés à 10 Kms de la maison, depuis plus de 12 années  

 

__________________________________