PATRICK__VON__KALKREUTH_01

 

Patrick VON  KALCKREUTH  

 

Il conviendra d'avoir été marin, de le rester au plus profond de son âme  pour peindre la Mer, l'évoquer et , ainsi l'aimer...  Peintre de la Mer  signifie  restitution  fidèle ou transcendée de l'espace marin, du large, de l'eau, des vagues et des  rivages sans fins que les éléments indéfiniment façonnent... On ne saurait y  voir  autres manifestations que celles  que l'océan et  la mer engendrent, subliment, irradient de beautés impitoyables et d'horizons lumineux...

La lumière, ubiquiste, au royaume des ombres et des grands fonds, prévaut,  s'impose, hivernale, hiémale ... Comme un nécessaire et vital  secours,  un appel, un lien  dont le navigateur ne saurait se passer, ne serait-ce qu'un instant et, d'où qu'elle vienne, de la Nuit Profonde, du jour iridescent des lames et des moutons innombrables.

Au-delà d'un réalisme  subjuguant les possibles, ces toiles rapportent l'empreinte de la crainte, initie au toucher, à la vision palpable  de la déférence, la marque, l'intaille du respect, de l'infinie petitesse de l'homme devant océan - mer mystérieux et tant imprévisible.

Le gros temps s'invite plus  qu'à l'accoutumée, témoigne des mystères et des légendes des vastités vers qui le marin se rendait jadis comme l'on s'en  remet  à Dieu, à  la fin des temps.

L'allégorie au départ, à la migration des âmes, à l'autre ciel des marins dont Victor HUGO redoutait la "  bave d'écume " des vagues enténébrées de naufrages. On !  Le commun  des marins et, à très juste titre, affublèrent  la mer   de cette terrible  expression :  " La peau du Diable ", hérissée, hersée, percluse d'ecchymoses

!

PATRICK__VON__KALCKREUTH__04

 

 

Mais il  y a la Mer, possessive, un absolu où rigueur  et liberté convolent à tout  jamais, gages  d'amour et de fraternité  

-  MARIN - 

Mer et Peinture 

 

http://www.artnet.fr/artistes/patrick-von-kalckreuth/7

 

PATRICK__VON_KALCKREUTH__02_

PATRICK__VON__KALCKREUTH_03_

_______________________________