RECLUSOIR___

 

 

 

A mon  refuge  azuréen 

que ceint       énigmatique       quelque  bestiaire minéral 

Au sytlite de granite     marmoréen  

que diluvient les lames  hiémales  

 

La solitude des grands espaces 

par le  choeur des vents blancs

se lit  comme  elle  se donne  indéfiniment

 Voie de ciel    Quête  de  grâce

 

A ces rendez-vous   fous 

de nous        immensément    amers 

que la tempête dénoue 

dans  un défoulement  de chair 

 

Je vois tout ce que l'absence

creuse  d'abîmes        de  silences 

fulguration  de l'éclair

aux champs constellés    de la mer 

 

Que vienne  l'hiver 

son plain-chant océan

Solitaire   il me faut   céans  

regagner les ténèbres  de verre

 

Traçant le sillage de la concorde  

convole une aile orpheline 

qui  aux flots    s' accorde 

 tel un songe opaline 

 

 

-  MARIN - 

Poèmes de l'Intranquillité 

2 Ecriture le 12 Septembre 2020 

 

STYLTE_DE_GRANITE_

 

_____________________________________