PREPARE__L__HIVER__01_

PREPARE__L_HIVER__DANS_LE_VENT_FORT_

 

JOURNAL   DE BORD 

 

Ni tout à fait Marin mais,  Marin tout de même ! Certes, les Hautes Latitudes et la solititude infinie des horizons vides et fluides ne  nous seront jamais accessibles.

Cependant, la mer reste  et demeure cet univers de rigueur et de vérité. La distance parfois importe peu quand les éléments se déchaînent. Et la proximité des côtes en rend tout aussi périlleux nos échappées à bord d'une  planche courbe et vélivole !

Le vent fort, violent soulève et dresse les flots,  les emportent et les précipitent  vers le rivage.  Et la houle devient vagues métamorphoses.

La côte dentelée et découpée, hérissée de blocs, la mer du vent très creuse et hachée, les lendemains houleux de très fortes tempêtes, la mer plus au large et ses vagues  qui déferlent sur des hauts-fonds que l'on ne voit pas toujours, tout cela constitue une liste de dangers non négligeables.

C'est la raison pour laquelle il importe de circonscrire  zones et domaines  qui s'offrent ainsi, en ces jours de coups de vents automnaux  qui marquaient  jadis  et régulièrement la saison des équinoxes, la transition entre les saisons. 

Un jour de Mistral  noir, une mer encore si chaude, une instabilité  prégnante, déconcertante, affectant maints aspects de la navigation  et de la voile libre. L'hiver  promet de violents épisodes venteux et notre Île  n'en sera pas épargnée. 

On ne navigue jamais sur site  dont dont ignorerait  les réchappes potentielles en cas de fortune de mer, de chute dans les rouleaux, de bris de matériels...  S'y rendre et  prendre ses repères ! 

Mais au-delà de l'étude, de la mise en situations, de la raison  raisonnante à laquelle se rendre et se fier par trop souvent, immodérément, que je vous dise les signes, les observations, les remarques, cet ensemble de données issues des sens et de l'intuition, de l'observation attentive des choses de la mer qui n'auront jamais trompé ! 

En cela, le vol de l'oiseau marin, l'état des  ciels qui  se recomposent  indéfiniment, celui de la mer du vent qui  diffère des jours où la houle est établie, profonde et puissante, travaillant aux rivages, la rumeur de la Grande Bleue qui gronde dans l'unissonance  d'une frange d'écume  que l'on  s'approprie  du large ou d'en haut, la couleur et la transparence de l'eau ! ...

J'aurai été, un après - midi,  convié par un petit essaim de Puffins Cendrés ; Ne m'auront-ils pas accompagné et tenu  compagnie, allant et virevoltant  dans mes sillages, m'ouvrant la route sur la Grande Mer. Je les ai vus se poser un instant et pointer le Ponant, juste avant que ne bascule le vent, halant sitôt le secteur Ouest de la Rose.

 

TOUJOURS_AVEC_LES_PUFFINS_

PUFFINS CENDRES  / RENCONTRE 

EN_COUPLE__

Féerie des îles, lumières et contrastes auraient ici comblé le peintre, l'artiste visuel, le navigateur solitaire  en partance et  qui sait  qu'il ne sert à rien d'attendre l'accalmie, sachant qu'en mer, immensément seul, il lui faudra   étaler la tempête et la grosse mer ...

Pourquoi naviguer lorsque l'inspiration manque à l'appel et faillit aux alliances ?  Pourquoi  ainsi s'évader  dans le vent fort, seul, si l'on ne ressent point  ce désir  irrépressible de raconter  l'aventure à portée de la main que chaque île propose, telle une invite  solennelle ?

Il n'est point ici de réclusion volontaire ! Chacune de ces échappées est unique !  

La mer  nous prend et, non l'inverse ; ne jamais l'oublier !

Il y a  tant à découvrir, à explorer depuis les flots, cerné de vagues et de brisants lumineux. De ces tombants de maquis qui dévalent vers le Grand Bleu aux bestiaires minéraux, de ces éceuils mordorés  ceints d'écumes pétillantes aux cimes enneigées de l'hiver, de ces oiseaux  sur  le départ de la grande migration, mille révélations me sont précieux viatique d'un jour, pour l'éternité.

Demain  serait tempêtueux ! As-tu  regardé le soleil se coucher, s'enrocher en plongeant dans la mer ? Aux nuages rougeoyants que délinée une frange embrasée de soleil, tu peux te fier et redouter des vents violents et de très grosses vagues

" Hâte-toi d'écrire " 

 

-  MARIN - 

Journal de Bord 

PREPARE_L_HIVER_DANS_LA_BASTON_

________________________________