LA_ROSELIERE_II_

 

Un tour d'horizon suffit à révéler ce que fut par le passé la nature de cette immense plaine et basse vallée, de son long  fleuve

FASCINANT_BIOTOPE_AUX_CENTAINES_D_ESPECES_

 

 

***

 

Voyage dans le temps, vers ce qui  fut jadis une remarquable et vaste embouchure, une terre, une vallée   et un rivage lacustre d'exception, source foisonnante de vie et de biodiversité...  Ainsi de la pénéplaine  qui  participa au  grand et vaste dessein biologique sans frontières, ouvert à toutes les migrations, à  l'évolution sans  fin de la diversité.

Les hommes, depuis l'antiquité,  en auront  comblé   ou aménagé les vasques, les étangs, les marais, souhaitant ainsi éradiquer le moustique et la malaria, le paludisme qui en résulte ; la fin ne justifia,  hélas !  pas les moyens mis en  oeuvre et l'étendue des comblements s'avère irréversible, préjudiciable à l'évolution des domaines. Il ne reste plus aujourd'hui que la portion congrue d'un espace classé RESERVE, survivance  étriquée d'un biotope  jadis  fabuleux.

Quant aux rivages, aux traits de côtes, au domaine publique maritime, il aura été confisqué et  bouleversé par la propiété privée et l'exploitaion,  détruisant et  recouvrant les sables et les dunes de constructions,  de parkings, de superstructures  les pieds  dans l'eau ...

Et pourtant, les  Anciens  nous aurons légué   une Terre épargnée, préservée, riche de mille promesses où l'existence était rythmée par  le cycle des  saisons, de la nature et des bêtes qui oeuvraient  aux champs,  à l'aire de battage, aux moissons, entre autres  activités pastorales,  maritimes et de commerces variés.

 

Il plane comme un sentiment, une impression  très forte de gâchis. Comme si l'harmonie  vint à rompre au  long cheminement du fleuve. Le mépris des lieux  et des sites que la seule réserve ne saurait masquer s'érige en maître et peu soucieux des priorités de l'intégration.

Des hommes auront pourtant et fort heureusement  évité le pire en sanctuarisant une infime partie de l'immense  territoire lacustre et des zones humides,  soitun  ensemble  exceptionnel de diversité végétale, animale, géologique !

Il est très certainement des espaces et des surfaces  à réhabiliter ; une étude devrait en  identifier  la nature et l'étendue, pour l'avenir   et le  développement, la survie même de l'existant. Il est  également fort à parier que l'état actuel, le micro-climat de la basse vallée  demeure fortement tributaire des modifications négatives qui auront été   infligées à ce  biotope lacustre et lagunaire.

Se contenter de quelques hectares de roselières ne  valident pas la viabilité d'une enclave coupée de tous les autres substrats et principes de régénérescence, à tous les niveaux.

Que cette contribution soit entendue, considérée, non comme une réflexion de spécialiste mais au plus près du bon sens  et de la logique servant la préservation de la vie, des grands espaces, de tout ce qui fait notre identité patrimoniale insulaire.

La Terre ne ne conçoit pas comme la termitière qui s'impose et qui dévaste le milieu  environnant mais bel et bien comme un espace porteur d'un dessein, intemporel, auquel  l'homme doit se soumettre pour durer

!

 

CORSICA...GO56

LA_VIE_PASTORALE_

 

En amont, vestiges intouchés de la vie pastorale ;  nos Anciens nous  ont tout légué, en l'état ... Nous aurons  dévasté  et occupé le littoral qu'ils ont su garder intact, rayonnant, si beau et si  riche de particularismes ! Tristesse ...

CHAMPS_ET_OLIVERAIE_

_____________________________