HOMME_LIBRE__

 

 

Je les  laisse     ici-bas    à ces cloaques  de  ténèbres insanes 

à ces organes  torves   de décisions

Arcanes   brumeuses 

où   la chienlit  et les fumiers

étouffent  la liberté

tue le rêve dans l'oeuf 

et la flache malodorante 

 

Séides  affidés  et  roquets malsains 

s'y  répandent 

en rampant

sous  les feux de la rampe 

qui les  propulsent à l'acmé  biblique

des  vanités tracées  *

 

Que   vents et  vagues m'emportent loin

et me hissent

et Oh 

quelque part ailleurs 

où sombre la menée  ignominieuse

des petites providences arrivées

 

Sertie de lois   parjures

aux desseins 

de la dignité et de l'égalité

qui  pourtant unissent

et destinent

elles trônent  en maître absolu 

 

L'arbitraire     l'indifférence

partisans des temps modernes 

caracolent puis     convolent  

par les sphères glauques 

du conflit d'intérêts

La dominance avec force   instituée

marche vers le désordre établi

 

Rien ne va plus 

les jeux sont faits

le monde des Mondes   humiliés  et dévastés

endeuille  

des lendemains  dilacérés  de souffrances

et froids  

 

Guerres et révoltes  sourdent

 menacent   et couvent 

au diapason des fumerolles du volcan 

et des canicules hallucinantes 

que  miasmes et fumées acides   lèvent 

 

De cet univers de dupes  masquées 

De  ce théâtre où se jouent 

comédies au sommet 

et tragédies de masse

du vivant en sursis 

je m'extrais et m'absente

 

Par les anachronismes odieux  et paradoxaux 

de l'in-humanité  

Par les sombres  allants de la tyrannie 

que j'obéisse sans  faillir  

au dictamen insurgé 

de la conscience

de l'Homme Révolté *

 

!

- MARIN - 

Poème de  l'Intranquillité 

 

* - L'Ecclésiaste

*  - L'Homme Révolté  - Albert Camus 

_____________________________