VRAIMENT__GROS_AU_LARGE__2_

 

 

 

Je me languis de la  longue Nuit   

A la croisée de l'hiver  et  des vents violents 

je m'enfuis 

en choisissant le Tournant 

 

A  ces arcatures de  ciels 

à l'orée des  brisants  

et des  solitudes existentielles 

je me rends 

 

Corps et âme 

à  douleurs  et  à cri 

au choeur des lames 

sans prendre  nul ris 

 

La tourmente  y dilue  tous les acides 

La  mer   profondément viride 

recouvre ses clartés d'aube

quand  les vagues  migrent drapées   d'aubes 

 

Vogue     plane    danse     rebelle   folie 

par  la  dénégation des touts 

de  ce monde qui va  comme   fou 

  ne  cède jamais plus à la mélancolie 

 

Contemple       non le  miroir  spleenétique des Fleurs 

mais l'essence du sillage 

où l'être sage

révèle les   desseins de l'heur  

 

En   ces arcs-en-ciels 

qui te   destinent 

l'oiseau des anges      providentiel

jamais  ne  confine

 

Des grands espaces    sois 

Ombre  furtive de la foi 

qui va et qui dit    -   vague 

lève-toi 

 

Trace sur la  Voie 

le chemin de pierre et d'eau 

qui fabule l'En-Haut 

et  que  déjà   tu aperçois  

- MARIN - 

Alpha Lyrae 

Une Ecriture à terre, jamais  confinée, toujours rebelle, à bord des vents de Liberté qu'on ne muselle point

1 ère Ecriture, enfermé, le 07 Novembre 2020, l'année  du Tournant  

 

___________________________________