IRISATION___SOUS_LE_VENT_CORSE_

 

SEMAPHORES 

 

VEINES_DE_VENT_SECTEUR_NORD__C_TE_OCCIDENTALE_CORSE_

 

_  PERTUSATU ...       59 Noeuds  

_  CHIAPPA  ...                      74   - 75 Noeuds  

_  SAGRO  ....                       53   55 Noeuds  

_ GOLFE  STA  MANZA  ...    35  45  59  Noeuds  

_  GOLFE PINAREDDU  ...   35 45 ...50 Noeuds 

 

SECTEUR  NE  / ENE 

 

CAPU_ROSSU__CAPU_BIANCU__CORSE_

MENU__COPIEUX_BASTON_PINAREDDU_

 

PINAREDDU__TRAMUNTANA__CRIS___BASTON_

 

Des signes,  dans le Ciel clair et sur la mer,  qui ne trompent guère, présents dès le matin ! Le vent est puissant, établi, ponctué de très fortes  rafales. Vers le SW des côtes Corses, de larges veines d'écume volent et embrument l'horizon. Les vents dévalent les tombants ESE de la vaste chaîne de Cagna et soufflent violemment par  effets de déferlement. Ies températures ressenties baissent.  Le flux cingle. Prémices de futurs frimats !

Il convient de s'y préparer très sérieusement aux risques de manquer la saison ...

En surplombant  le Golfe de Sta-Manza, à l'ouvert ENE, la Tramontane infléchit sa trajectoire et s'y engouffre, semblant redoubler d'intensité. La mer  laiteuse  cède en y creusant de profonds sillons. Longue période, un spot est donc  tout trouvé, mais,

MAIS

?

De l'autre côté de la baie, de splendides séries de vagues élongent la  falaise de craie. Capu Biancu  oriente les ondes réunies  de la mer du vent et de la houle.

 

CONFINEMENT  OBLIGE

 

C'est Tempête ! Confinement oblige :  il  nous faut remonter  plus au Nord ! L'exposition de ce site ne permet aucune dérive, extra-vag(u)ance !

La pression monte, la traque veille, le PV est dans les têtes  !

 

Vers les Bouches de Bunifazziu, au-delà de  Pointe Capicciola, " URIENTI "  et le récif   s'enivrent de hautes déferlantes. Capu  Rossu s'est confié ! Les indicateurs sont incontestables.

La furie du vent  y est  telle que,  sortir loin de la côte, totalement excentré, seul, relève  d'une épreuve que les 25 jours de  séquestration  passés ne peuvent entrevoir sans complications évidentes.

L'indice de forme  spécifique a baissé, inexorablement atteint  par ce quotidien que la force impose et dicte ...

Nous regagnons alors  le golfe de Pinareddu ! Essaims, multitude de  vagues, un vent  certes moins fort,   jusque  14 Heures locales, établi au  secteur NE à ENE.

3.7 M2, Tri-WAVE / LE MAUVAIS CHOIX  

 

Le Matos est porté sur la plage, à l'abri  de fortes  rafales ! Sitôt gréé, sur le point  de quitter le bord, la Trmuntana décide de fraîchir,  brutalement, à nouveau, me laissant d'emblée  surtoilé.

Mise en action éprouvante,  trop longue ! Force 8 à 9 BEAUFORT, sans doute   d'avantage ? 

Reprendre ses marques, ses repèrs, ses postures, cette vigilance si précieuse ne s'improvise

pas ; encore une fois, les effets pernicieux du CON  FINEMENT  sévissent  ...

 

Un kitesurfer Pro assure, étale, gère et place son aile, ( 7 m2 !!! ), dans le vent  avec une aisance déconcertante. Il surf,  faky, Strapless - Yesssss, rétablit, renvoie dans les vagues, Back et Frontside, nous nous reconnaissons sur Site ... Aloha,

PIERRE

Une entrée dans la danse brutale, sans préparation  ni préalable gradués 

La barre des cinq vagues  se mérite. Passer  ces  épais rideaux   éprouve, fatigue ;

le capital confiance s'est  effrité en restant enfermé ;  doute,  la  vigilance faiblit !

La chute  vaut dérive du matos,  jusque vers la plage. Effectuer un départ  dans l'eau devient problématique.  La voile, 3.7  ne  supporte plus  les  violentes  bourrasques et pourtant,  quel glacis dans les pentes. Le vent vient  hélas !  et majoritairement de la mer ;  quelques bascules locales, dues aux réliefs, à la haute forêt de pins maritimes.

Difficile de négocier toutes ces informations ... Eviter de se blesser, tout va si vite. Wind-surfer  me semble d'un autre âge, j'enrage  contre les GROS cons qui nous privent de Mer-Océan 

 

BACK__WINDSURF_

 

CONFINEMENT  ET CONSEQUENCES 

 

CE   WINDSURF REPORT

 

 

pour dire et confirmer  que l'inactivité physique spécifique  affecte  très sérieusement  nos pratiques.

Au-delà d'une semaine,  sans occasion  de  retourner à l'eau, surviennent  les  complications. S'entraîner physiquement ailleurs reste souhaitable mais ne remplacera  jamais une sortie en mer, d'autant plus que nous allons vers l'hiver et ses rudesses, sollicitations, exigences.

Il s'agit d'un non - sens irresponsable  de la part des décideurs, car tout arrêt de la pratique supérieur à un mois grève  dangereusemet le potentiel de l'adepte qui s'y  adonne.

 

 

GYBE_BASTON__

 

JUMP_BLOQUE____BARRE__CRIS_

 

JUMP_A__LA__ONE_AGAIN___CONFINE_

 

 

- MARIN  - 

 

_____________________________________