DESSINE MOI UN OISEAU

 

" Dessine -  moi un oiseau  " 

PAT__EOLE__FIGARI___WING__FOIL_

 

 

Aurait demandé le petit Prince à l'aviateur  tombé dans le désert,   suite à une défaillance  de sa machine volante !  Alors, l 'homme  qui  ainsi chuta et survécut  lui dessina un oiseau étrange, que l'on eût jamais  mis en cage comme un mouton, un oiseau marin, fabuleux, lointainement légendaire...

Le petit Prince s'en accommoda. Cet oiseau  l'attira  et l'émut, en silence. Puis il posa encore quelques questions  auxquelles l'aviateur répondit, succintement, sans s'attarder sur les détails.

L'infortuné   lui  compta l'histoire  et le récit de l'Albatros  du  livre des Fleurs qui eurent et ont toujours si Mal aux mondes,  que l'on tranche, malgré leurs  rangées  d'épines ! 

_  J'ai pensé, dit-il,   à  ce noble migrateur,  seigneur des Hautes  Latitudes,  capable de parcourir plusieurs milliers de milles nautiques sans pour autant  battre des ailes,  se poser, dominant l'azur  et l' Ether en maître absolu. " 

_  Mais malheur à l'Albatross   qui  s'échoue sur le tillac, le vieux pont de bois glissant  des vaisseaux et des Clippers d'antan, des  Cap Horniers. Il deviendrait  aussitôt  gauche et maldroit, raillé du commun des mortels, incompris, rabaissé, livré   à la triste  condition du terrien,   à la merci de l'incompréhension et de la méchanceté  humaines, trop  humaine. " 

_  L'oiseau que j'ai  conçu et  pensé   pour toi  demeure depuis toujours dans la souvenance et l'imaginaire  des enfants. Il est en cela  immortel,  intemporel,  dignes des plus  belles métamorphoses, fidèle à vos desseins comme à  ces jeux que les vagues et les flots de la mer - veille  invitent et destinent au temps du rêve et des contes. " 

_  Je lui ai donné  une  aile à double coeur  qui va et  qui voyage  à la semblance des Oies sauvages, qui transmue  les  airs  sans  jamais palpiter, qui virevolte.

A qui la manie  et la dirige selon l'invisible et les vents porteurs, vole déjà au-dessus des moutons, de l'innombrable, de l'ineffable.

_ Prendre  ton envol depuis la surface tumultueuse  des eaux, à l'instar de l'Albatros rivé  à terre ou sur le pont  d'un vaisseau, ne te sera guère aisé ; il  te faudra  aller à  genoux et lentement, humblement  te hisser, sans autre aide que le souffle du vent animant le creux de ce duo  d' ailes magique.

_  De tes mains  levées aux cieux, disposées  à lui donner le souffle, tu vogueras en glissant sans bruit  au-dessus des flots,  en déjouant la rafale et la chute brutale  du courant d'air, porté  par quelque nageoire et aileron dignes du grand Dauphin, du Marlin bleu,  de la raie Manta.

_  Ainsi, de ta personne, relieras-tu les ciels, l'Ether et l'Eau,  ces deux univers  valant prémices  d'éternité,  éternel  retour.

Il n'est plus aucune entrave à la liberté d'aimer  lorsque tu entres en résonnance avec les  éléments qui nous portent,   qui nous fondent, qui nous ceignent. La beauté et l'amour  parviennent aux plus beau  des horizons et des îles   Pacifiques. 

_   Sois l'un de ces   traits d'union par lequel  la vie  s'élève, sereine, apaisée, en phase  avec l'étant...

_   Vois-tu, il y a là comme  une aventure prémonitoire où l'homme  désapprend à détruire pour enfin  retoucher Terre et renaître, panser la Nature et l'Homme, ces  idéaux célestes et  divinement  intelligents

 

-   MARIN  -

Enigne 

Wing - Foil  - Nouvelles Pratiques 

En  toute  1 ère Ecriture le  16 Janvier 2020 

Pour les Enfants Petits et Grands, déjà vieux, toujours enfants de la Mer

 

WING_FOIL__VOL_FURTIF

WING_FOIL__JUMP___DAVID_

 

_______________________________